C’est vrai, ça, il avait dit qu’il viendrait nous voir, Valentin, hier et finalement, aujourd’hui, je me rends compte qu’il n’est pas venu. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. On ne sait jamais. Avec les intempéries sur les routes… et avec tout ce qui se passe partout. Oh non, quand même, s’il lui était arrivé quelque chose, nous aurions été prévenus, non ? Nous sommes dans la liste des appels d’urgence. En cas de besoin. En cas de malheur. Alors que j’aimerais mieux qu’on nous appelle en cas de bonheur. En tout cas, même s’il a dit qu’il passerait ce dimanche, nous ne l’avons pas spécialement attendu, à vrai dire, nous n’y avons pas beaucoup pensé de la journée. Parce que, hier, ce fut comme si rien n’avait eu lieu. Comme si ce 14 février 2015 n’avait pas existé. Ce qui en soi n’est pas dramatique, on aura un jour de rab à la fin du mois.

Il y a des fois où on ferait mieux de passer son tour. Quand rien ne semble aller comme on le voudrait, quand la machine a décidé de s’enrayer. C’est un peu ce qui s’est produit depuis deux ou trois jours, à la maison avec hier en point d’orgue. Ah ça oui, point d’orgues, point d’amours et point de délices de tout ce dimanche. Un jour de diète, un jour de peu, un jour de rien. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous étions comme dans l’hôpital des enfants malades mais pas loin. Sauf que nous ne sommes plus des enfants. Mais je ne peux pas me résoudre à parler des vieux malades, ça me ferait descendre encore plus bas. Limite si nous n’avons pas passé la journée chacun dans son fauteuil roulant avec un plaid écossais sur les jambes. Afin de ne pas prendre froid aux genoux car à partir d’un certain âge, un rhume des genoux, ça ne pardonne pas.

Du coup, heureusement qu’il n’est pas venu, Valentin car il nous aurait trouvés dans une situation de bien grise mine et de pas d’envie. Qu’aurions-nous pu lui offrir à part ce spectacle navrant de deux épaves ?  Une infusion ? En même temps, là, il y a le choix : transit, articulations, refroidissement, camomille, détox… Non, jeune comme il est lui, il aurait préféré un café ou une bière. Tu parles comme ça aurait fait fête de trinquer avec lui tisanière contre bock. Non, il a bien fait de ne pas venir et comme ça, il a pu vaquer à ses occupations avec des gens un peu plus valides, un peu plus en forme. Un peu plus de son âge. Ce n’est que partie remise, si on y regarde de plus près. Rien qu’aujourd’hui, ça semble aller mieux de part et d’autre. Alors, peut-être que dans une petite quinzaine nous pourrions fêter le 29 février ensemble. S’il veut bien revenir à ce moment-là.