Je ne sais vraiment pas ce que je fais là ni comment j’y suis arrivé. Probablement qu’au dîner, j’ai dû boire largement plus que mon quota de vin et je n’ai malheureusement pas encore éliminé ce que j’aurais dû, du coup (boire un petit…), je suis là et je ne sais pas pourquoi ni comment ni avec qui j’y suis rentré. Et apparemment, je ne connais personne autour de moi. Bon, d’accord, je suis un peu fatigué mais pas au point de ne rien y voir et de ne pas m’y retrouver.

Je suis sur ce canapé, devant une table avec plusieurs verres, presque tous vides, trois, en réalité mais personne d’autre que moi n’est assis à cette table. J’espère que mes deux comparses ne vont pas tarder à revenir pour que je sache avec qui je suis venu ici et pourquoi. Parce qu’en plus, il y a quand même quelque chose de curieux, ça ne ressemble pas à une boîte de nuit mais une chose est sûre, il n’y a que des mecs partout. Des mecs assis, de mes debout un peu partout et même devant le comptoir.

Au comptoir, les employés sont tous des mecs aussi. Je suis donc dans un club réservé aux hommes. Mais un club de quoi, nom d’une pipe ? Tiens ? Il y a une espèce de compteur lumineux vers ce qui semble être l’entrée et la sortie (les choses sont bien faites), compteur qui hésite en permanence entre 598 et 602. En passant par 599 et 601 sans oublier 600. Ah ça y est, je crois avoir compris : quand il y a des gens qui entrent, ça augmente et quand il y a des gens qui partent, ça diminue. Ça va, ça vient, quoi.

Ce qui est encore le plus étrange, c’est que tous les mecs qui ont une ou deux boucles d’oreille n’en portent que des très voyantes. C’est d’ailleurs sans doute pour ça que ça me saute aux yeux. Et même mieux (ou pire), ça m’hypnotise presque pour ne pas dire que ça m’obsède, tous ces éclats brillants sur autant d’oreilles masculines. Ah tiens, un serveur arrive pour servir la table d’à côté. Table sans personne. Ils sont où, encore ceux-là ?

Je profite de ce moment précis pour héler le serveur : pssst, s’il vous plaît ! Oui ? fait-il en venant vers moi et regardant, je le sens bien, vers mes oreilles. Et bien non, moi, je ne porte pas de boucles d’oreille, monsieur et c’est peut-être pour ça que je me demande ce que je fais là. Dites-moi, vous pourriez me confirmer que presque tous les mecs ici présents portent une boucle d’oreille ?

Oui, bien sûr. Mais pas vous, à ce que je vois. Et moi, non, évidemment. Mais lui, le serveur, il porte deux gros anneaux argentés qu’il a dû faire briller juste avant la soirée tant ils reluisent sous toutes ces lumières qui nous environnent. Deux gros anneaux un peu du genre de celui que porte Bernard Lavilliers, vous savez ? Mais vous avez le droit de ne pas en porter. Ce n’est pas impératif. Même si c’est plus sympa ici.

Oui, mais une ou deux ? C’est selon votre propre choix. Ici, en ce moment très précis, nous sommes exactement 600 dans le club. Et je peux vous dire que 5% des hommes qui sont ici portent une seule boucle d’oreille. Et dans les 95% des hommes restant, la moitié en porte deux et l’autre moitié, pas du tout. Alors, à votre avis, combien porte-t-on de boucles d’oreille ici, ce soir ? Quand je vous le disais que je me demande vraiment ce que je suis venu faire ici…