On a connu mieux. On a connu des jours meilleurs et on en connaître d’autres, tout aussi bons, tout aussi meilleurs. Mais depuis hier, on ne peut pas dire que c’est ça. Je ne sais pas où j’ai chopé ça mais j’ai une de ces crèves qui, comme son nom l’indique, me crève, me laisse au sol, me fout à plat, m’assomme, me cloue au pilori du mal-être et tutti et quanti. Et pour une fois, hier, en fin d’après-midi, j’ai pris ma température car je trouvais que j’étais bizarre, oscillant entre coups de chaud et frissons. Rien de plaisant, bien au contraire.

Et ça ne s’est pas arrangé de toute la soirée. Entre les éternuements intempestifs pourtant interdit dans mon royaume depuis le décret que j’ai promulgué en son temps et les coulures de nez sans oublier les quintes de toux, même pas flush, je n’avais envie de rien si ce n’est de me mettre en chien de fusil sur le canapé, face à la télévision, en sourdine et fermer les yeux. Fermer les yeux pour tenter d’oublier que je ne me sentais pas bien. D’autres boivent pour ça. Pas moi, je me saoule en me fermant les yeux. Tout simplement

Je suis aussi allé me coucher de très bonne heure sans passer par la case télévision et c’est la seule chose positive de cette crève : je peux aller me coucher avec les poules (ce qui ne veut pas dire que je vais aux putes, qu’on ne se méprenne pas sur ce que je dis) sauf que du coup, mon organisme, pas tout à fait habitué à se coucher avant 21 heures, n’a pas bien compris de son côté. Et à une heure du matin, j’étais réveillé. Frissonnant, grelottant, incapable de me rendormir. Franchement, si c’est ça être malade, ça ne m’intéresse pas. On a connu mieux.