Avec le patron, quand nous avons terminé la séance de gym avec le coach, nous prenons toujours une douche, chacun dans la sienne, évidemment sauf que plus ça va, moins ça va. Les douches sont de plus en plus malmenées par une partie des adhérents qui n’en ont rien à faire du respect du bien de la collectivité. Et je ne parle pas de ceux qui laissent par terre leur flacon de gel douche vide parce qu’ils ont la certitude que d’autres le mettront à la poubelle pour eux. Non, je parle de certaines douches qui ne fonctionnent carrément plus dans le pire des cas et très mal, dans certains autres cas. Et il y en a une, tout à fait au fond, à droite, quand on arrive, qui elle, non seulement fonctionne très bien mais est bien chaude et a un jet très puissant ce qui est très agréable pour se remettre d’une séance un peu ardue.

Et du coup, le patron, un jour, après avoir goûté à cette douche du fond, celle que je prends toujours (sauf quand elle est déjà occupée), m’a dit qu’elle était parfaite et que dorénavant, il la prendrait tout le temps, lui aussi. Sauf que comme nous faisons les cours ensemble, nous sommes donc deux pour une seule cabine, au même moment. Peut-on dire d’une douche comme d’un parapluie qu’elle est un petit coin de paradis ? Là n’est pas la question. Alors, hier, j’y suis allé le premier, comme à chaque fois et je me suis dépêché, comme toujours et une fois que j’ai eu fini, le patron est entré dans la cabine et moi, je me suis séché dans celle d’en face, qui marche mal mais bon, ce n’est pas très pratique quand on réfléchit comme un miroir le fait si bien, en général. Et pendant que je m’essuyais, j’ai peut-être trouvé la solution.

« Je sais ce qu’on va faire, patron » lui ai-je dit « Ce qu’on va faire, pour gagner du temps, c’est que je prendrai ma douche en premier, comme d’habitude et pendant ce temps-là, vous vous habillez et une fois que j’ai fini, moi, je vais m’habiller et vous, vous prenez votre douche que je laisse à votre disposition, encore chaude et tout et tout. » Il m’a regardé, un peu perplexe et m’a dit que c’était une excellente idée mais que ça lui allait très bien comme nous faisions jusque-là. C’est comme l’autre fois, je lui ai dit que je viendrai l’aider pour le jardin mais s’il pleut le matin, je viendrai l’après-midi et que s’il pleut l’après-midi, je viendrai le matin. J’attends toujours sa réponse. Parce que, hormis le fait que j’ai vu son sourcil gauche se lever plus que le sourcil droit, je n’ai pas su interpréter son regard ni ce qu’il a pu penser de mon idée. Pourtant, quand même, des idées, j’en ai et pas des mauvaises. Avec moi, il y a toujours une solution à tout.