31 janvier 2016

sans un seul adjectif ?

Imaginons ce que serait notre vie sans un adjectif. Non, j’ai vraiment du mal. Parce que ça signifierait qu’on ne pourrait plus, entre autres, qualifier ce que nous souhaitons dire, ce dont nous voulons parler. Par exemple. Le film d’Étienne Chatiliez, La vie est un fleuve, sans adjectif, c’est nettement moins vendeur. Ça peut faire partie d’un poème mais ça n’a aucune portée visant à faire penser que c’est un film qui peut faire sourire. Parce que la vie est un fleuve, ça reste dans une neutralité qui n’aurait pas fait venir autant... [Lire la suite]

30 janvier 2016

cul par-dessus tête

C’est triste voire dommageable de commencer son congé de fin de semaine avec un mal de tête qui a tout l’air d’être une migraine qui s’est déguisée pour tenter de passer inaperçue, à quelques jours de certains carnavals. Mais je ne suis pas né de la dernière pluie et je l’ai bien reconnue, sous ses airs de ne pas y toucher. Elle est venue comme ça, sans être invitée, ce matin, alors que j’étais à mon boulot, que je me suis d’abord cru la tête à l’envers car j’ai commencé très tôt, comme tous les samedis. En réalité, au fur et à mesure... [Lire la suite]
29 janvier 2016

maintenant qu'elle est au courant

Hier, j’ai fini par lâcher le morceau parce qu’il a bien fallu que je m’adapte aux circonstances et ça va, elle sait tout. Ou presque. Maintenant qu’elle au courant, Monique, ça fait tout drôle. Et même encore plus. Car soudain, tout est devenu léger. On n’a plus à faire de cachotteries. On n’a plus à se prendre la tête pour organiser et tout faire correspondre, finalement, c’est un mal pour un bien. Peut-être qu’elle avait raison, il ne fallait rien prévoir pour ses 80 ans. Bon, d’accord, elle ne veut pas fêter ses 80 ans, ce que je... [Lire la suite]
28 janvier 2016

parentèles non confirmées

On en apprend tous les jours. Tiens, pas plus tard que ce matin, j’en ai entendu une bonne qui m’a mis sur le cul. Ça tombait mal vu que j’ai mal au jambon gauche depuis deux ou trois jours. Lundi matin, j’ai dû me faire un truc qu’il ne fallait pas lors d’un exercice avec le coach. Je me souviens très bien, j’étais sur le dos et nous faisions des mouvements vers l’arrière avec un bras dont la main tenait un haltère de 4 kilos et pendant ce temps, la jambe opposée montait et descendait dans le même rythme, un truc qui fait travailler... [Lire la suite]
27 janvier 2016

ça y est, tu as fini, on peut te parler ?

Ça y est ? Tu as fini ? On peut te parler ? Oui, pourquoi ? Parce que, depuis plusieurs jours et en particulier, hier, tu n’es pas à prendre avec des pincettes ! Je ne suis pas à prendre avec des pincettes, je ne suis pas à prendre avec des pincettes !... Non mais, de quoi je me mêle ? C’est vrai, ça, j’ai le droit d’avoir mes humeurs, non ? Je suis fatigué. J’ai mal aux lombaires et j’ai du reflux gastrique, de l’acidité qui m’envahit à la fois l’œsophage et le moral. Cela dit, rassurez-vous,... [Lire la suite]
26 janvier 2016

tout le monde n'a pas la chance d'avoir

Je ne sais pas ce qui m’a pris tout à l’heure, à l’instant, mais j’ai failli écrire des horreurs et je me suis arrêté à temps parce que sinon, je serais encore passé pour un sale vieux ronchon qui va trop loin et qu’on devrait censurer. Mais comme je pense qu’on peut rire de tout (et même les jours où l’envie de rire n’est pas la plus présente) et tant pis pour ceux qui ne sont pas sensibles à toutes les formes d’humour. C’est vrai ça, on en parlait beaucoup l’an passé, de ce droit à la caricature, de ce droit à la moquerie et de ce... [Lire la suite]

25 janvier 2016

parasites

« Il s’accouda à la rambarde de la fenêtre. Et il se mit à réfléchir aux informations qu’il avait pu glaner au fil de ses rencontres. Tout d’abord, cette femme dans le bar mitoyen de la ruelle dans laquelle on avait découvert le corps. Cette femme dont il ne savait pas tout. Il la supposait accompagnatrice de charme mais, même sans certitude, il s’en foutait un peu. Ce n’était pas son propos… » Tchak iti ki tchack, tchak iti ki tchack, iti ki tchak, iti ki tchak, iti ki tchak On non, pas encore ! Pas déjà ! C’est... [Lire la suite]
24 janvier 2016

bé, ba, bu, bo, bi

Ça n’a pas été aussi simple que ça que de définir l’ordre car écrire ba, be, bi, bo, bu, comme celui dans lequel on récite toujours les voyelles, Ça ne me convenait pas. Ça n’allait pas dans le sens de ce que je voulais écrire aujourd’hui. Là, ça me va très bien, c’est très réfléchi et vous allez comprendre pourquoi en lisant la suite. Mais avant tout, j’aimerais bien digresser un peu malgré la résolution que j’ai prise en début d’année car si je ne le fais pas, je vais refouler et après, soit j’aurais mal à la tête, soit je vais... [Lire la suite]
23 janvier 2016

aveuglément

Un coup de cœur pour trois pièces mais pas pour le reste. Un peu dommage de laisser 155 mètres carrés partir comme ça, d’un revers de manche mais il faut savoir raison garder, c’est bien beau de vivre dans un séjour magnifique après être passé par une entrée splendide et d’avoir une cuisine très agréable et presque assez grande pour y bien travailler mais pour le reste, les chambres, le bureau et tout ce qui est là-bas, derrière, non, pour moi, c’est impossible de me projeter. Déjà, rien que le lieu, cours Victor Hugo, quand je pense... [Lire la suite]
22 janvier 2016

dans son caddy, il crie ton nom, liberté

Entre les jeunes générations, des bébés aux étudiants, on ne peut pas dire que c’est une histoire d’amour ni qu’entre nous, la vie est un long fleuve tranquille. Loin de là. Mais commençons pas le commencement, comme s’est dit Dieu, à l’aube du premier jour alors qu’il n’avait rien à faire et qu’il se demandait bien comment il allait pouvoir occuper son énième journée de loisirs. À l’époque, il n’y avait que des RTT. Mais faut-il avoir des regrets sur cette époque que nous n’avons pas connue ? Non, on en a déjà assez comme ça... [Lire la suite]