Un coup de cœur pour trois pièces mais pas pour le reste. Un peu dommage de laisser 155 mètres carrés partir comme ça, d’un revers de manche mais il faut savoir raison garder, c’est bien beau de vivre dans un séjour magnifique après être passé par une entrée splendide et d’avoir une cuisine très agréable et presque assez grande pour y bien travailler mais pour le reste, les chambres, le bureau et tout ce qui est là-bas, derrière, non, pour moi, c’est impossible de me projeter.

Déjà, rien que le lieu, cours Victor Hugo, quand je pense qu’on veut quitter le cours Alsace Lorraine pour être moins dans les nuisances de l’hyper centre… D’accord, cours Victor Hugo, il n’y a pas le tramway mais il y a quatre voies en double sens, des voitures, des camions, des bus et probablement des noctambules éméchés, quoiqu’on en dise. Alors, ma foi, si c’est pour être au premier étage, autant garder mon cinquième là où je suis et apprendre à m’en contenter.

En plus, un premier étage, c’est obligatoirement un escalier, pas d’ascenseur dans ce petit immeuble 18ème qui n’a que trois niveaux. Donc, les jours où on rentre de voyage, la valise nous semblera encore plus lourde que s’il y avait un ascenseur. Et deux fois par semaine, quand je rentre des courses avec mon petit caddy. Je vais devoir le porter à bout de bras pour arriver au premier ? Normalement, il est là pour m’aider à porter les commissions, pas l’inverse.

Les trois chambres, chacune avec sa salle d’eau et ses grands placards intégrés, du coup, elles sont un peu petites. Un lit de 160 n’y rentre pas en largeur ou alors, on ne peut plus le border. Et surtout, elles sont aveugles. Elles n’ont pas de fenêtre. Juste une VMC et la possibilité d’installer de la fibre optique pour faire comme un puits de lumière qui s’éteint naturellement quand la nuit tombe. Un coup de 8 à 10 mille euros de plus. Déjà que l’appartement est un peu plus cher que mon budget ne me l’autorise.

Mais bon, j’aurai des regrets de ne pas profiter un jour de cette immense pièce de vie de 58 mètres carrés avec une immense bibliothèque intégrée. Enfin, le président, en voyant ça, m’a dit que du coup, je pouvais garder tous mes livres ! Mais comme je le disais plus haut, il faut savoir raison garder et ne pas se laisser aveugler par les sirènes d’un séjour, d’une entrée et d’une cuisine presque parfaits et largement assez grands pour se passer des chambres. Euh non, finalement, pas non plus.