Rien à voir avec ce que nous avons vécu, il y a un mois. Je me souviens très bien d’avoir écrit un billet, début décembre, pour dire combien je trouvais ça joli, un mois de décembre qui commençait sous le soleil. Là, ce matin, il pleut et il grêle, même, alors que tout le monde, ou presque, a repris le chemin de l’école ou du travail (pour moi, ça ne sera que demain, je ne travaille pas le lundi – je ne sais pas pourquoi je me sens obligé de le préciser, on s’en fout, non ?) et que chacun va passer une partie de sa journée à raconter comment se sont passées les fêtes de fin d’année, le beau temps que nous avons au, Noël au balcon et forcément, on s’attend tous à subir Pâques aux tisons. Et ça veut dire quoi, ça ? Si je prends des vacances au printemps, je vais avoir froid comme en 2010 ?

Il pleut, il grêle, oh bien sûr, ce ne sont pas des gros grêlons, à peine de quoi refroidir un verre à liqueur avec un doigt de porto, dedans mais quand même, il pleut, il grêle, serait-on finalement entré dans un hiver qu’on n’attendait plus vraiment ? Et même si l’hiver se met à être en retard, franchement, moi, je vous le dis, en vérité, il n’y a plus de respect pour rien. Il n’y a plus de saison, ma bonne dame. C’était bien mieux avant. Quand on avait des sapins de Noël qui voisinaient les bonhommes de neige. Et quand c’était encore une fête qui avait un certain sens. Ma foi, c’est la vie qui veut ça, il faut bien faire avec. On n’a pas trop le choix. Comme je dis souvent : faire contre mauvaise fortune (du pot), bon cœur (d’artichaut).

Il pleut, il grêle et il va falloir que je prenne un deuxième parapluie pour aller à la salle de sport où m’attend le coach pour un cours d’une heure que j’aimerais déjà voir terminé. La douche d’après, prise et le déjeuner avalé. Parce que après, nous allons visiter un appartement aux Chartrons, avec le président (je continue de l’appeler ainsi car on reste président toute sa vie). Non pas que ce quartier nous emballe plus que ça, à quatre stations des Quinconces, pour moi, c’est vraiment trop loin du centre et ce n’est déjà plus Bordeaux. Alors, j’espère juste que ça sera sans pluie et sans grêle, le temps que nous allions là-bas. Et dire que demain, après-demain et toute la semaine, ça va se succéder les jours de pluie. Vivement le prochain mois de décembre, tiens.