Dans le meilleur des cas du meilleur des mondes, ceux qui auront la chance de pouvoir se faire la bise à minuit pile, ce soir, n’auront pas été volés sur le nombre de jours qu’ils auront vécu en cette année 2015. On ne peut pas en dire autant de tous.

C’est vrai ça, tiens, par exemple, ceux qui n’ont pas survécu aux attentats du mois de janvier, on leur a pourtant souhaité une bonne et une heureuse année 2015 lors du réveillon, une semaine plus tôt. Quand on y pense, il y a matière à poser une réclamation au bureau des vies bêtement et injustement perdues.

C’est vrai aussi pour ceux qui se seront scratchés dans les Alpes à cause de cet allemand qui s’est pris pour un cador en voulant se suicider mais pas tout seul. Pas très courageux de sa part ou alors, trop courageux pour qu’on puisse le comprendre. Il n’empêche que toutes les victimes ont eu droit, elles aussi, aux meilleurs vœux de leurs proches, trois mois avant.

C’est vrai encore pour ceux qui n’ont pas survécu aux dramatiques intempéries sur la Côte d’Azur, début octobre. Et un peu pareil pour ceux qui ont tout perdu à cause de ces inondations incroyables, même s’il veut mieux quand même être toujours en vie en ayant tout perdu qu’être mort en ayant tout pour rien. Encore des gens qui pensaient passer une bonne année. Ils n’en ont vécu que 10 moi.

C’est toujours vrai pour les nombreuses malheureuses victimes des attentats du mois de novembre à Paris. On ne les oublie pas, ceux qui ont été massacrés ni ceux qui ont été gravement blessés, sans doute avec des séquelles à jamais et pas seulement des séquelles physiques. Ceux-là, quand on leur a souhaité que le meilleur leur arrive, c’était carrément mensonger. Onze mois plus tard, regardez ce qu’ils ont subi.

Alors moi, vous savez, de me voir, là, à quelques heures de ce réveillon 2015, en sachant qu’il plane toujours des menaces terroristes en France, en sachant qu’il peut m’arriver un grave accident ou une grave maladie d’un moment à l’autre, je me dis que j’ai déjà eu la chance de vivre 2015 en totalité. Alors déjà, je peux dire que je n’ai pas été volé sur la promesse des vœux qu’on a pu me faire il y a un peu plus de 360 jours.

Pour autant, cela veut-il dire que je me sente le plus heureux des hommes dans le meilleur des mondes ? Est-ce que je peux prendre un joker ? Merci. Parce que je ne sais plus si c’est encore possible d’imaginer souhaiter ce qu’il y a de mieux à ce qui nous sont chers. Avec tout ce qui nous attend…