Je me suis apporté des bonbons parce que les fleurs, c’est périssable.

Et puis, les bonbons, on dit que c’est tellement bon mais moi, je ne veux pas trop en manger parce que je trouve que ça donne trop de sucre et comme je compte me faire incinérer, j’ai trop peur de finir en caramel. On ne sait jamais.

Je me suis apporté deux bouteilles de vin parce que les fleurs, c’est périssable.

Et puis, un peu de vin de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal, d’ailleurs on dit que ça peut même faire du bien. À condition de le boire avec modération, jamais tout seul. Mais moi, de toute façon, le vin, j’évite. Ça me donne vite mal à la tête. Alors que les bonbons, non.

Je me suis apporté des livres parce que les fleurs, c’est périssable.

Et les livres, c’est un cadeau qui permet de joindre l’utile à l’agréable. Surtout quand on aime lire comme moi sauf que là, dans les deux livres que je me suis apportés, il y en a un que j’avais déjà. Je ne pouvais pas savoir. Ce n’est pas grave, j’irai le changer.

Je me suis apporté une écharpe en cachemire parce que les fleurs, c’est périssable.

Et puis j’en avais besoin. Parce qu’une écharpe en cachemire, ça tient chaud pour les jours de grand froid et celle que j’avais jusque-là, c’était plutôt une écharpe en cache-misère. Elle a bouloché et là encore, on est dans le cadeau utile. Pas le truc qui fait sauter au plafond mais qui sert.

Je me suis apporté des chocolats parce que les fleurs, c’est périssable.

Et parce que je n’aime pas les chocolats. Ça tombe bien, je n’avais pas envie de me faire plaisir. C’est vrai, ça, pourquoi me faire plaisir aujourd’hui ? Je me suis déjà offert une nouvelle voiture la semaine dernière. Je ne vais pas trop me gâter, je me connais, après, je vais y prendre goût.

Je me suis apporté des bonbons parce que les fleurs, c’est périssable. Il n’empêche qu’il y a un bouquet de tulipes mauves qui est arrivé pour moi. Je l’ai trouvé en arrivant de mon boulot, ce midi. Ah tiens, mais comment se fait-ce ?