Ce soir, ce soir, je te préviens, on déménage… ce soir, ce soir, on déménage tous les étages…

Cette chanson de Brigitte Bardot m’est revenue en mémoire, cette semaine. Parce que comme depuis quelques jours, depuis notre retour de vacances, le sujet a été évoqué à plusieurs reprises, autant en parler une bonne fois pour toutes. On ne sait jamais. Parmi mes centaines de milliers de lecteurs (que je suis drôle !), peut-être se trouve-t-il un agent immobilier. Même une femme, pourquoi pas ? Je ne serai pas regardant sur le sexe de la personne si elle sait nous aider.

On va commencer par déplacer le grand canapé blanc…

Non, d’abord, on va commencer par regarder dans les agences pour savoir s’il existe, l’appartement de nos rêves pour quitter celui-ci, dans lequel nous sommes désormais depuis quinze ans. Parce que, loin de moi de dire que nous y sommes mal, non, nous n’y sommes plus très bien. Nuance. Parce que, il y en a un peu marre des nuisances dues au fait que nous donnons sur une station de tram et une des plus fréquentées, s’il en est. Et être au cinquième ne nous exonère pas de ces nuisances.

On continuera par enlever tous les guéridons, vlan…

Non, ce que nous aimerions avoir, c’est du calme, d’abord, un dernier étage si possible, ensuite et une ouverture pour pouvoir manger à quatre personnes et mettre deux ou trois jardinières de plantes et d’herbes aromatiques. Mais surtout pas face à un quai de tram. Si possible, plus le long d’une ligne mais j’aimerais en être pas loin pour autant. Avoir le tram pas loin sans en avoir les inconvénients. Se préserver des mondes diurne et nocturne.

Attention, mes doigts sont en danger, n’accroche pas le lustre du salon…

Et avoir deux vraies chambres et un bureau séparé. Et non plus une chambre d’amis et le bureau dans la même grande pièce. Et tant qu’à faire, pour le reste, aussi bien que ce que nous avons déjà : des WC séparés (comme le bureau de la chambre d’amis !) et un dressing. Et un ascenseur pour les jours où nous serons bien vieux, le soir au coin du feu. Et une salle d’eau avec une douche, pas une salle de bains avec une baignoire. Et un prix attractif. Et dans l’hyper-centre quand même. Nous ne sommes pas difficiles.

Pousse encore et mets-toi de côté, presse-toi un peu, ça va, c’est bon…