Aujourd’hui, c’est jour d’entretien. Oh, que personne ne s’affole ou ne s’esbaudisse pour si peu, il n’y en aura qu’un. Un seul entretien suite à l’annonce que j’ai publiée pour un homme ou une femme de ménage. J’ai pourtant eu une bonne dizaine de réponses mais au bout du compte, il n’en reste pas beaucoup. Pour ne pas dire qu’il n’en reste qu’un. Et s’il n’en reste qu’un, je ne serai pas celui-là. Pour une fois. Mais peut-être celui qui va venir dans un quart d’heure. Car, étonnamment, c’est un mec qui vient. Enfin non, non pas que ça soit plus surprenant que ça car on en trouve mais c’est quand même nettement moins courant qu’une femme de ménage. En tout cas, celui qui vient passer l’entretien (un homme de ménage n’est-il pas un homme d’entretien par excellence ?) se prénomme Alexandre et je propose que, pour respecter son anonymat et son intimité, je l’appelle Alex dans ces colonnes.

J’aurais pu le surnommer Allejandro car c’est son pseudo sur le site d’annonces en ligne. Attendez que je vérifie si je ne me suis pas trompé… Non, c’est bien à une annonce de recherche d’H ou F de ménage qu’il a répondu. Ça n’est pas pour un plan cul ni pour une rencontre romantique. La maison ne mange pas de ce pain-là, chez moi. Ailleurs, dehors, dans d’autres endroits que chez moi, je ne dis pas que je ne me resservirais pas si le pain est bon mais chez moi, non, jamais. C’est une règle d’or, quelque chose d’incontournable et de non discutable. J’aurais bien écrit un troisième mot qui finit par « able » mais j’ai préféré m’abstenir car j’ai eu peur d’en faire trop. Des fois, je ne m’en rends pas compte. Alors, comme personne ne me le dit car sans doute personne n’ose de peur de me faire de la peine. Ou me contrarier. Et donc, je disais que c’est bien pour deux fois deux heures de ménage (et un peu de repassage) par semaine mais jamais de cinq à sept.

En attendant l’énigmatique Alexandre (sera-t-il grand ? sera-t-il bienheureux ?), j’ai un gâteau qui cuit dans le four car ce soir, à minuit, alors que je dormirai du sommeil d’injuste (je n’ai jamais eu un bon sommeil, ça n’est pas juste), le petit neveu du président et sa copine (elle, je ne la connais pas) arriveront de Lyon pour passer huit jours ici. Et quand on pense qu’il n’y a personne pour faire le ménage depuis huit jours, si l’Alexandre qui vient postuler ne fait pas l’affaire, je pourrai toujours proposer aux deux jeunes de rendre l’appartement propre. Une espèce de jeu de rôles avec un cadeau à la clef. Et celui qui aura fait le plus de ménage aura gagné le jeu et pourra revenir en finale courant de la semaine prochaine. Ou alors, je reste traditionnel, j’attends de voir Alexandre et je lui propose de faire un essai d’une heure tout de suite. Et si c’est bon, il reviendra mardi. Et vendredi prochain. Et nous lui ferons un contrat. Ça sonne ! Ce doit être lui… Que le meilleur gagne !