On m’en avait déjà fait la remarque, il paraît que je tête ma langue en dormant. Je ne me rends pas compte de l’effet que cela peut produire, tout ce que je sais, c’est que je dois faire avec et faire comme si de rien n’était. En tout cas, c’est toujours mieux que de ronfler comme une locomotive à vapeur. Téter sa langue en dormant, tu parles, Charles si ça fait viril quand on approche la soixantaine et qu’on dort avec quelqu’un. Surtout avec quelqu’un qu’on aurait pu ne rencontrer que la veille.

Parce que ça, ça ne peut pas se dire au moment d’une rencontre, juste avant de passer au lit : je te préviens, je tête ma langue en dormant. Tout comme un mec, si beau soit-il, ne peut pas dire, je te préviens, avant que nous ne passions notre première nuit ensemble, je ronfle comme une locomotive à vapeur. Non, y a un minimum syndical à respecter dans les périodes de séduction pré-coïtales. Alors, moi, je n’en parle pas. Et ce n’est pas volontaire, je n’y pense jamais.

Sauf cette nuit. Parce que cette nuit, je l’ai voulue calme et tranquille. J’étais tellement crevé, hier soir, que j’ai masqué mon radioréveil avec un étui à lunettes. Car moi, la nuit, quand je me réveille, tout obsédé par l’heure, je regarde toujours le réveil au cas où je serais en retard pour me rendormir. Et comme je me réveille souvent, y en a un peu marre de toujours voir la même chose : 3:00 ou encore 3:30. Alors, j’ai pris le taureau par les cornes et j’ai caché ce que je ne devais pas voir.

Et hier après-midi, en quittant mon boulot, j’ai bien senti que j’avais la gorge sèche. Mais j’avais mis ça sur le compte d’une soif non assouvie. Comme tant de choses, d’ailleurs. Mais ça, c’est une autre histoire. Et je n’y ai plus pensé jusqu’à mon deuxième réveil de la nuit, ou, après le premier, destiné à faire pipi, je suis allé boire un verre d’eau, prendre un cachet contre la migraine qui était venue se mettre sous les draps avec moi et prendre une pastille de Strepsils. Oui. Parce que j’avais mal à la gorge en plus. Elle n’était plus seulement sèche, j’avais également un peu de mal à déglutir.

Alors, j’ai rapidement hésité, pieds nus sur le carrelage, le sexe offert aux éventuels voyeurs nocturnes entre une pastille de Propolis, naturelle mais trop vite sucée et une de Strepsils, plus chimique mais qui dure plus longtemps, comme les piles Wonder. J’ai pris la deuxième et je suis retourné au lit, tout en suçotant le truc. Et je me suis endormi en suçotant, sans faire de bruit. Et je me suis réveillé en train de croquer le petit bout qui me restait dans la bouche. Et ça m’a réveillé. J’ai cru que j’avais croqué un noyau d’abricot. En tout cas, je l’ai cru dans mon rêve. C’est dingue, non ?