À ma connaissance, il n’existe pas de condamnation pour licenciement abusif quand on tue son employé(e), donc, je devrais m’en sortir haut la main. Oui, parce que je me suis débarrassé de ma nouvelle femme de ménage, celle qui n’est venue que trois fois en deux semaines et sur laquelle je fondais beaucoup d’espoir. Comme quoi, ma première impression n’était pas la bonne. Non, pardon, je vais plutôt dire que ma première impression était excellente mais quelqu’un qu’on trouve très sympathique et adorable, ça ne veut pas dire que c’est quelqu’un qui travaille bien, quand on l’embauche. En plus, moi, c’était pour le ménage et le repassage, ni plus ni moins, mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas bien le faire.

Le premier jour où elle est venue, elle a eu l’air de faire une fixation sur la poussière qui se trouvait sur les plinthes du hall d’entrée et elle a même voulu bouger toute seule le bahut de chasse plein de vaisselle, donc, très lourd pour faire la poussière sur la plinthe qui se trouve derrière. J’ai dû l’aider pour qu’elle ne se fasse pas mal et pour qu’elle ne casse rien. Mais bon, je ne serai pas toujours derrière elle pour faire le fort des halles. Et puis, quand elle a eu fini et qu’elle est partie, j’ai bien vu que plusieurs choses n’avaient pas du tout été remises à leur place mais là, j’ai pensé que c’était la première fois et donc, il fallait qu’elle trouve ses marques. Bénéfice du doute et circonstances atténuantes. Ma mansuétude me perdra.

La deuxième fois, elle a repassé. Pas forcément très bien. Et elle n’a pas fait grand-chose après ça. Nous avons même cru qu’elle allait partir aussitôt après et si je ne lui avais pas dit de passer l’aspirateur… moi, qui pensais qu’elle saurait faire preuve d’initiatives… Bref, elle n’a pas rangé la table à repasser et a passé et repassé l’aspirateur autour. Histoire de. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Alors, la troisième fois, comme ça continuait d’aller de mal en pis, je l’ai étranglée et j’ai tenté de la faire avaler par l’aspirateur mais je n’y suis pas parvenu. Je vais devoir me débarrasser de son corps. Je vais attendre qu’elle retombe en poussière et je la déposerai délicatement sur les plinthes de l’entrée et derrière le bahut de chasse.