Mon amant me délaisse, o gué, vive la rose !... Non, en fait, ce n'est pas ça que je voulais chanter mais c'est venu tout seul sans que je n'y prenne garde alors que je voulais débuter ce billet sur une intro musicale amusante : j'aime le jambon et la saucisse, j'aime le jambon, quand il est bon... le problème, c'est que je ne connais pas la suite, en même temps, je vous rassure, surtout mes parents, je vis bien sans connaître cette comptine par cœur.

Mais alors du coup, ceux qui me connaissent n'en seront pas étonnés, il a fallu que je lâche tout illico presto pour aller chercher les paroles de cette chanson sur la toile en passant par Google, le moteur de recherche qui trouve tout ou presque.

Et voilà-t-y pas que je découvre une chose hallucinante : cet extrait vient d'une chanson à boire qui figure parmi les plus célèbres : boire un petit coup, c'est agréable ! Non, mais sans blague, je vous jure, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais me la faire. Alors comme ça, boire un petit coup, c'est agréable, d'accord mais c'est devenu politiquement incorrect avec la sécurité routière et tout et tout parce que tout le monde le sait, un verre, ça va, trois verres, bonjour les dégâts !

Et quand on regarde le reste de la chanson, on se demande qui a pu écrire un truc pareil car finalement, tout n'est pas très clair dans les paroles qui suivent, jugez vous-mêmes :

Couplet 1 : "Boire un petit coup, c'est agréable ! Boire un petit coup, c'est doux !
Mais il ne faut pas rouler dessous la table ! Boire un petit coup, c'est agréable !" Jusque-là, ça va, tout le monde comprend, même les pauvres et les déficients intellectuels

Couplet 2 : "J'aime le jambon et la saucisse ! J'aime le jambon quand il est bon !
Mais moi, j'aime mieux le lait de ma nourrice ! J'aime le jambon et la saucisse !", là, il va falloir qu'on m'explique le pourquoi du comment et si, finalement, ce n'est pas une paillardise déguisée en forme de ritournelle qu'on met dans la bouche des enfants comme les sucettes à l'anis dans celle de France Gall alors qu'elle n'était qu'innocence et virginité absolues. Qui peut me dire ce que vient faire la saucisse, là, à part pour la rime ?

Je vous passe les couplets suivants car je crains d'être vite rébarbatif avec un tel sujet. Mais je ne peux passer sous silence le meilleur de cette comptine cochonne. C'est à plusieurs reprises qu'on peut y lire : "la, la, la, la, la", comme par exemple, dans "un petit coup, la, la, la, la, un petit coup, la, la, la, la" mais un petit coup de quoi ? Et ne serait-ce pas plutôt "un petit coup, là, là, là, là" ? (avec l'accent pour indiquer le lieu où il faut mettre le petit coup - je précise pour les pauvres et les carencés en matières grises)

Des fois, vaut mieux ne pas tout connaître et continuer à garder son âme d'enfant et à croire aux princesses et aux princes charmants. Et aux grandes histoires d'amour où ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants.

En tout cas, une chose est sûre, aujourd'hui, mon amant me délaisse, o gué, vive la rose !" Et j'espère qu'il me rapportera une saucisse de Toulouse, s’il est là-bas pour fourrer le pruneau d'Agen. N'y voyez pas malice, ce n'est jamais qu'une ritournelle que je suis en train d'inventer.