Tu en fais une tête ! Ne nous dis pas que tu as encore perdu les clés de la voiture ? Ou encore les clés de la porte du garage ? Ou que tu n’as pas encore égaré tout ton trousseau de clés ? Comme l’autre fois, quand tu les avais laissées sur le portail, côté rue et qu’il a fallu qu’on fasse refaire la serrure et tout et tout. Tu as ta tête des jours où tu as perdu quelque chose. Celle des jours où on va passer tout notre temps à tenter de retrouver ce que tu as perdu dans les méandres de ton esprit vagabond et que, au mieux, nous finirons pas trouver dans un endroit si saugrenu que ça ne pourra être que le résultat d’un énorme coup de chance. Alors ?

Ou alors, tu as encore perdu ton porte-monnaie ? À moins que ça ne soit une partie de tes papiers vu que tu as quatre ou cinq porte-cartes ou portefeuilles. À moins qu’on ne parle de ta carte vitale, que tu as dû mettre dans un tiroir mais pas dans le bon. Pourquoi pas dans un tiroir de la commode de la chambre du deuxième, là où personne ne va jamais. C’est vrai ça, tu en es capable. Toi seul sais ranger tes affaires dans des endroits impossibles à retrouver ensuite. Alors ? Ce ne sont pas tes papiers ? Tu es sûr ? Permis de conduire ? Carte de transport ? Carte bancaire ? Non, je sais, tu as dû égarer ta carte de « Je perds toujours tout », tu sais, celle qu’on a inventée pour toi.

Bon, alors, si ce n’est pas des clés, peu importe lesquelles ; si ce ne sont pas des papiers, peu importe lesquels, qu’est-ce que ça pourrait être ? Ton vélo ? Non, je ne me moque pas, ça t’est déjà arrivé de l’oublier quelque part. Ton sac avec tes affaires de sport dedans ? Ne conteste pas, ça t’est déjà arrivé aussi de l’oublier, tout ou partie, dans les vestiaires. Ou de laisser ta casquette sur un banc. Alors, dis-moi, qu’on en finisse de jouer aux devinettes, nous n’avons pas le temps pour ça et dis-moi ce que tu as perdu, qu’on s’y mette, à le rechercher. Pardon ? Comment ? Tu dis que tu as oublié… que tu as oublié d’oublier quelque chose ? Alors ça, c’est la meilleure.