C’est aujourd’hui dimanche (tiens, ma jolie maman…) mais pas que. Ce n’est pas que dimanche. C’est avant tout un jour ensoleillé, frais mais ensoleillé. Un jour de repos hebdomadaire très laïc pour moi. Si ce n’est que presque tous les magasins sont fermés et qu’il y a moins de monde dans la rue Ste Catherine parce que, la rue Ste Catherine, un jour ouvré, c’est la cohue permanente, l’affluence de tous les jours et pas que des grands jours. Et si ce n’est encore qu’il y a Michel Drucker sur France 2, cet après-midi et ce soir, avant de dîner. Un jour du seigneur à sa façon.

C’est aujourd’hui dimanche (voici des roses blanches…) mais pas que. C’est aussi un jour de rassemblements multiples : autour d’un pape ou autour d’un ballon rond. Dans différents lieux mais tous le même jour. Le même jour où chacun va à la messe qui lui convient. Le jour du gigot des familles. À servir avec des haricots vers car ça donne moins de gaz que les flageolets. Un jour de fête, on ne pète pas. Surtout pas en famille. Un gigot, donc, un gigot d’agneau sacrifié sur l’autel des traditions. Mais les traditions ont du bon. C’est bon le gigot d’agneau.

C’est aujourd’hui dimanche (toi qui les aimes tant…) et pour ne rien changer aux habitudes du bon athée que je suis, j’ai fait comme tous les dimanches que Dieu (s’il existe) fait : je suis allé au marché à 9h30, à Cabirol à 10h, je suis rentré à 10h45 et j’ai terminé de coller les photos dans l’album du mariage avant midi. Avant de préparer le déjeuner. Et ensuite, je suis allé au cinéma. J’ai hésité entre le deuxième film d’Arnaud et « le journal d’une femme de chambre ». C’est vraiment dimanche mais pas que. J’aurais mieux fait d’aller voir Arnaud qui fait son deuxième film.