C’était amusant de constater la coïncidence entre les nombreux hommages (et même encore ceux à venir) à Jean Ferrat pour le cinquième anniversaire de sa disparition, à trois jours près. Amusant de constater ça et en même temps, quelque part, un peu rassuré de voir ce signe du destin si tant est qu’on puisse parler de destin quand on n’y croit pas vraiment soi-même. En tout cas, ce matin, je me suis levé à 4h pour voir l’affichage des premiers trams et si le temps n’était pas des plus clairs, il était juste légèrement un peu brumeux mais vraiment sans plus. Et une demi-heure après, que ne fut pas ma surprise de voir que le brouillard était tombé comme un rideau sur une scène après une représentation théâtrale. Lourdement. Mais là, c’était sans appel, sans rappel et sans applaudissements. Sauf que j’ai pu me faire dans la tête.

Et c’est aujourd’hui aussi qu’aura lieu un débat important à l’Assemblée Nationale sur la fin de vie. Un débat qui aboutira peut-être (j’espère) sur une loi plus large et plus en adéquation avec ce qui existe ailleurs : non pas seulement une sédation terminale mais bel et bien une euthanasie. Je ne vois pas ce qui peut gêner les antis, qui trouvent que le projet va trop loin, puisque c’est une question individuelle, personnelle et en sa propre et unique conscience. Et en plus, quand on n’a aucune pratique religieuse, au nom de quel Dieu qui pourrait exister nous empêcherait-on d’avoir enfin ce droit. Encore une fois, va-t-on voir deux France s’affronter à coups de manifestations parfois violentes pour une avancée sociétale. Personne ne sera obligé d’y avoir recours, si la loi est votée. Mais moi, ce que j’en dis, hein, je dis ça, je ne dis rien. Mais je sais ce que je pense.

Pendant que nous y sommes, nous allons rebondir sur une deuxième actualité. Voire une troisième. J’ai déjà parlé du poète, de la fin de vie et il reste le sujet le plus brûlant du jour, celui dont on nous bassine un peu les oreilles depuis 4h30 ce matin, quasiment en continu. Je parle de ce drame des airs, celui des deux appareils qui se sont télescopés en Argentine avec, dans les 10 victimes, trois sportifs de haut niveau. Alors, je ne vais pas en faire long sur le sujet, j’avoue que ça m’agace un peu qu’on ne parle que de ça mais si j’étais journaliste, je couvrirai deux événements en un : mettre les pires antis euthanasie dans un hélicoptère et les plus irréductibles pros dans un deuxième. Et voir s’ils vont se percuter l’un l’autre. Le problème, c’est que c’est de très mauvais goût. Et que ça n’est pas très digne tout ça. N’est pas Jean Ferrat qui veut.