Ce matin, alors que j’étais au travail depuis plus d’une heure, il était à peine cinq heures, heure où Paris s’éveillait en d’autres temps, ça m’a pris comme une envie de fraises en plein hiver ou comme une envie de choux de Bruxelles en plein été. Vu que j’allais m’y rendre, à la réunion de cet après-midi, à Mérignac. Une réunion d’information en prévision de la future loi sur la fin de vie. Sur une éventuelle future nouvelle loi sur la fin de vie. Un truc qu’il serait bon de valider une fois pour toutes afin qu’on puisse passer à autre chose. Car, n’oublions jamais, que ceux qui n’aiment pas ça n’en dégoûtent pas les autres. Chacun a le droit de faire ses choix les plus intimes.

Du coup, ça m’a pris comme une envie de pisser un jour de pluie, c’est-à-dire, que ça n’apporte rien de plus à un jour déjà bien humide. Et je suis allé sur le site de l’ADMD et j’ai adhéré. J’ai payé la cotisation nouvel adhérent après avoir rempli le formulaire adéquat. Et maintenant que je suis débité sur mon compte courant, il ne me reste plus qu’à attendre les documents que je recevrais sous quelques jours pour valider mon adhésion et mes choix sur ma future fin de vie. Sur ce qui m’appartient, la seule chose sur laquelle personne ne devrait pouvoir m’imposer quoi que ce soit. Et je devrai préciser quelles sont mes consignes pour le jour où, au cas où.

Reste à savoir si cet après-midi, dans un peu plus d’une heure, si la réunion d’information à laquelle je vais assister sera intéressante ou ennuyeuse. A priori, ça devrait être intéressant d’apprendre quelles sont les nouvelles orientations du gouvernement mais aussi quelles sont les limites que ce dernier n’a pas encore osé franchir. Mais je souhaite que l’ensemble de ce meeting ne soit pas ennuyeux au possible. Ennuyeux à en mourir. Ou alors, je veux bien que ça soit chiant mais à une seule condition que cela soit ennuyeux à en mourir mais dans la dignité. Ça va de soi.