Aujourd’hui, juste après m’être levé, du bon pied et du bon œil, j’ai décidé de m’entraîner pour battre le record du monde du matin. À partir d’aujourd’hui, je vais améliorer chaque jour mes performances jusqu’au jour où je pourrai faire valider mon record et entre dans le Guinness Book du même nom. Comme disait Aga. Du même nom. Celle-ci, elle est difficile à comprendre pour ceux qui ne le connaissent pas, Aga. Mais je n’insiste pas, sinon, je vais être lourd.

J’ai décidé de tenter ça parce que depuis un peu plus d’un mois, maintenant, les horaires du premier tram du matin sont des plus fantaisistes, en direction de la rive droite. Et mes nombreux mails à TBC (la société qui est en charge des transports en commun pour Bordeaux et son agglomération) semblent ne servir à rien et cela me chagrine assez pour que je prenne le taureau par les cornes. Et s’il continue de ne rien se passer, je le prendrai par les roubignoles. Le taureau.

En gros, avant, jusqu’à mi-janvier, environ, je prenais le premier tram à 4h50 / 4h55 en direction de la rive droite, jusqu’à la Buttinière et là, je sortais sur le quai pour laisser partir la rame vers Floirac et pour attendre la suivante, en direction de Lormont. L’inconvénient d’être sur une ligne avec une fourche, c’est la fourche, justement, ça réduit la fréquence des trams à un sur deux quand on va toujours dans la même direction mais pas les rames.

Mais là, soudain, le premier tram, dans le meilleur des cas, pour Lormont, c’est 5h20 et dans le pire des cas, c’est 5h40 quand ce n’est pas encore plus tard. Et moi, ça me gonfle de voir que dans une ville comme Bordeaux, la société TBC est incapable de fournir un service de transports publics avant 5h30 dans un sens alors que ça commence à 4h30 dans l’autre, désormais. On s’en fout des travailleurs matinaux ? De ceux qui se lèvent tôt pour aller gagner leur vie ?

Et ce matin, à peine levé, je regarde par la fenêtre et je vois que le prochain tram pour Lormont est dans vingt minutes. Celui pour Floirac avant mais je préfère attendre l’autre. Alors, en quinze minutes montre en mains, j’ai (vaguement) petit déjeuné, pris une douche, fait pipi, lavé mes dents, enfilé mes vêtements et mes chaussures, préparé mon sac, pris mon sandwich et mes bananes pour le bureau, pris la poubelle pour la mettre dans un container et que sais-je encore.

Donc, ça veut dire que je peux tout faire en un peu plus de quinze minutes ce que je fais d’habitude entre trente et quarante. En prenant mon temps, certes. Mais je me demande si, en forçant un peu le rythme, je ne pourrais pas tenter de me lever un peu plus tard, genre cinq minutes et essayer de tout faire en douze minutes, dans un premier temps. Puis en dix minutes. Et espérer pouvoir descendre encore en dessous de ce temps qui paraît être le temps plancher.

Ça signifie que je vais probablement faire pipi tout en préparant le café (attention à ne pas se tromper), devoir prendre mon café sous la douche (ça tombe bien, je mets toujours de l’eau dedans avant de le boire), me laver les dents d’une main et m’habiller de l’autre. Et peut-être même qu’avec un peu d’entraînement, je pourrai faire trois choses à la fois au lieu de deux. Franchement ? Je crois que j’en suis capable. Et je pourrai alors dire merci. Merci à qui ? Merci TBC.