Moi, je trouve que l'accent québécois est insupportable car bien souvent incompréhensible. Je ne lui trouve aucun charme contrairement à l'accent délicieusement british de nos amis d'outre-Manche ou celui, d'un point de vue purement personnel, très attachant de nos amis d'outre-Rhin ou encore, ceux des gens du sud : espagnols, italiens et même nord-africains.

Cependant, chez les québécois, j'aime bien le langage imagé et particulièrement fleuri, qui sent bon le jadis et naguère et qui semble n'avoir jamais évolué sur les pentes glissantes de l'anglicisation, une autre forme perfide de la mondialisation.

Par exemple, s'il est quelque chose de très drôle, chez nos amis d'outre-Atlantique, nos cousins lointains, c'est bien leur panel d'injures et autres jurons :

* si vous vous trompez, pour dire merde, vous dites "ostie"

* si vous traitez quelqu'un de "deux watt", c'est que vous le prenez pour un imbécile

* si quelqu'un vous embête, vous pouvez lui dire "va péter dans les fleurs", il comprendra qu'il doit aller se faire voir

* si vous dites à quelqu'un qu'il "est pas vite", c'est que vous le trouvez niais

* si vous pensez de quelqu'un que c'est un "frais chié", c'est que vous le trouvez snob (on dit aussi un "péteux")

J'en passe et pas des moindres, certainement. Et j'en profite pour préciser qu'on ne dit pas "tabernacle" pour dire "merde" mais "tabarnak", ça rime avec Boris Pasternak, ça n'a aucun rapport mais ça m'a fait plaisir de le dire. Parce que je suis un Petit Jo connaissant qui aime bien instruire ces niaiseux que vous êtes. Et bonjour à Charlie.