L'autre fois, je râlais (oui je sais, c'est un pléonasme) contre les gens dans le tramway. Contre les gens qui parlent fort. Contre les gens qui écoutent leur musique sans se préoccuper de savoir si ça dérange les autres. Contre ceux qui téléphonent à voix trop haute. Bref contre quasiment tout le monde.

 

Eh bien, figurez-vous que cette nuit, ce fut la même chose dans mon lit. Y en a qui sont venus se coucher sans valider leur titre de transport :

Y en a qui sont montés avec leurs chaussures alors qu'on ne met pas les chaussures sur un lit, bordel de merde !

Y en a qui ont écouté du Rap pendant que d'autres écoutaient de la techno et je ne vous dis pas la cacophonie.

Y en a qui sont montés avec leurs sandwiches MacDo et ça puait le gras dans la chambre...

Y en a, les mêmes, qui ont laissé des miettes de MacDo partout et même des frites et même du ketchup, je vous dis pas comme ça fait mauvais effet sur les draps.

Y en a qui ont passé leur temps à se téléphoner alors qu'ils étaient chacun à un bout du lit et tout ça, pour ne rien se dire sauf "t'es où ?" "là, et toi ?"

Y en a qui ont refusé de laisser la place couchée à un mec comme moi, presque quinquagénaire alors qu'ils n'étaient qu'adolescents juste post-pubères. Sont pas fatigués à ce que je sache !

Y en a encore des qui et y en a encore des que...

 

Enfin bref, il va falloir que je prenne des décisions et en accord avec le ministère de l'Intérieur, car c'est bien de mon intérieur dont il s'agit, nous allons créer une brigade de nuit pour me permettre de dormir tranquille dans mon lit. Nicolas ou Marine, vous ne pourriez pas m'envoyer de quoi nettoyer toute cette racaille incivile au Karcher ?

Et ainsi, quand le marchand de sable passera, je serai tranquille en bon misanthrope que je deviens. Et je pourrais rêver d’un monde meilleur. Un monde avec Charlie.