Parfois, il suffit simplement de faire une liste pour être sûr de ne pas oublier quelque chose, pour être sûr de ne rien oublier. Et je ne parle pas que des listes de courses pour lesquelles, je dois avouer, en toute modestie, que je suis plutôt pro. En effet, depuis quelques semaines, au lieu de gribouiller des versos de pages recyclées avec n’importe quel stylo qui traîne dans mes parages et de ne pas avoir un document formel, propre et bien sous tout rapport, je me suis créé un modèle sous Excel avec, dans la moitié gauche, en haut, les jours de la semaine du lundi midi au vendredi midi et en dessous, des cases à remplir pour les courses en fonction des plats que j’aurais décidés de préparer. Et dans la partie droite de la feuille, que je plie en deux, la même chose du vendredi soir au dimanche soir. Je ne vous dis pas comment je suis fier de moi et pour un peu, je me l’accrocherais autour du cou, cette liste quand je pars avec mon caddie. Pour que tout le monde la remarque, la voit bien et se dise : quelle idée géniale !

Mais il m’arrive de faire des listes pour autre chose que pour les courses, aussi. Par exemple, quand je reçois des amis pour un dîner, je fais la liste de tout ce que je vais préparer. Et j’essaie même de trouver un point commun, quelque chose qui peut relier tout, de l’apéritif au dessert. Ou quelque chose qui relie l’apéritif à l’entrée, puis autre chose qui relie l’entrée au plat et ainsi de suite. En même temps, pour moi, c’est un jeu. Et sinon, je fais des listes des livres que j’aimerais lire (si possible, acheter), des cadeaux que j’aimerais qu’on me fasse surtout pour la fin de l’année (anniversaire, étrennes, etc…) Pour le mariage, aussi, tiens, j’avais listé tout ce qu’on devait faire, surtout pour la semaine précédente. Et j’avais attribué les tâches à tous ceux qui pouvaient participer. Et pour le travail aussi. Quand j’ai des choses particulières à faire qui se répètent, pour ne rien oublier, j’en affiche une liste sur le mur à côté de moi (à ma droite, pour celles et ceux qui ont tout suivi cette semaine.)

Je me sers aussi de l’agenda de mon Smartphone pour gérer mes rendez-vous, surtout médicaux. Par exemple, mon détartrage annuel, le 5 janvier, pour ne pas le rater (comme si je pouvais oublier ça !), c’est enregistré avec un rappel un jour avant. Idem pour le cours avec Benoît mardi. Et le déjeuner avec Sophie, lundi. Comme ça, je ne m’encombre pas l’esprit. Et si je dois appeler quelqu’un, à défaut de faire une liste, je m’envoie un mail ou un SMS. Ça me fait penser qu’il faudrait que j’appelle Catherine. Et Marie. Mais je crois me souvenir (c’est bête, je ne sais plus où je l’ai noté) que je ne peux pas les appeler à n’importe quelle heure. En général, c’est 6 minutes après midi. C’est comme ça, on n’a pas le choix. C’est le seul créneau auquel elles répondent au téléphone. Vous savez, les gens, ça ne sert à rien d’aller contre eux quand on peut faire autrement. Moi,  si elles me disent de les appeler à telle heure, je les appelle à telle heure. Et pour elles, c’est toujours la même. On appelle Marie et Catherine à midi six.