Je n’ai pas voulu en rester là et j’ai donc continué à faire des recherches mais cette fois, en essayant de trouver des mots composés uniquement de consonnes. Je savais que je n’y passerai pas ma nuit car je me doutais que, en dehors de quelques interjections et/ou onomatopées, ça relève de l’impossible en français car très vite, ça serait imprononçable. Donc, j’ai élargi mon exploration en essayant de trouver les mots d’au moins 7 sept lettres avec le maximum de consonnes. À défaut d’en trouver un avec toutes celles de l’alphabet, soient les vingt.

Et au passage, je me suis demandé combien de consonnes consécutives on pouvait trouver dans un ou des mots de notre langue et au milieu de tout ça, j’ai fini par dénicher deux ou trois (bon, sept ou huit, d’accord) exemples remarquables. Pour les mots avec le maximum de consonnes consécutives, il m’est difficile de faire une phrase qui ne soit pas limite surréaliste mais bon, j’en ai trouvé une que j’assume en l’état : « peut-on mesurer un bortsch (des bortschs ?) en angström ? Cette question est nietzschéenne, à mon sens. »

Concernant les mots avec le maximum de consonnes et le minimum de voyelles : « des chinchards ont été scratchés pendant les transports et sont devenus tristes de ne plus valoir que quelques schillings. Dans ce cas, difficile d’imaginer des transplants de stocks, c’est frustrant. Mon dieu, quels schmilblicks ! » Ça, c’est vrai. Ah, mes aïeux, quel yoyo, j’en suis tout ouïe. Brrr ! Ça fait froid dans le dos. Grrr ! On ne peut compter sur personne. Pfft ! Ne m’en parlez pas ma bonne dame ! Psst ! Vous savez quoi ? C’est tout pour aujourd’hui.