« Vous allez voir, vous allez dormir comme un bébé. »

Ah ça oui, j’ai dormi comme un bébé. Sauf que dès la fin de mon repas, personne ne m’a fait faire mon rototo et que je suis certainement allé au dodo le ventre un peu ballonné à cause de cette énorme brandade parmentière hier soir. Et comme elle était un peu salée, à peine un peu trop mais ça suffisait pour donner soif, eh bien, ça n’a pas raté, j’ai eu soif tout le reste de la soirée. Et j’ai bu, j’ai bu, j’ai bu et pas seulement ma double infusion comme tous les autres soirs mais aussi de l’eau en veux-tu, en voilà et heureusement que je fais mes nuits sans mouiller mon lit parce que, avec tout ce que j’ai bu, il y avait tous les risques du monde pour que ça m’arrive, sinon. Et ça n’a pas raté, j’ai dormi comme un bébé qui se réveille plusieurs fois par nuit sauf que moi, je n’ai pas appelé ni mon père ni ma mère pour aller faire un gros pipi vers 2h du matin. Je me suis levé tout seul et j’ai fait ma petite affaire tout seul comme un grand. Mais en dehors de ça, j’ai bien dû me réveiller une première fois dans la nuit avant de me rendormir parce que je savais où j’étais. Rassuré. Et une autre fois, une demi-heure avant l’heure. J’ai vérifié combien de temps il me restait avant le réveil officiel. Rassuré. Mais fatigué. Alors oui, on peut dire que j’ai dormi comme un bébé mais comme un bébé qui ne fait pas ses nuits.

« Vous allez voir, vous allez être fatigué mais fatigué au point que vous allez faire votre meilleure nuit depuis longtemps. »

Ah ça oui, je veux bien le croire, moi, Vincent, quand il me dit ça après une séance d’ostéopathie de près de deux heures précédée par un cours avec mon coach de gym pour des exercices sur les muscles profonds et beaucoup d’étirements. Et l’apprentissage d’un mot dont j’ignorais l’existence : la proprioception. Ça aussi, d’apprendre un nouveau mot, on pourrait croire que ça m’aiderait à mieux dormir, l’esprit repu par quelque chose d’inédit. Mais en fait, ni la proprioception, ni le cours avec Benoît, ni la séance avec Vincent n’ont dû me fatiguer suffisamment ou alors, la belle et longue vraie nuit qu’on m’avait promise, ce n’était pas forcément pour celle qui vient de passer. C’était peut-être pour une autre nuit à venir, dans une semaine, dans un mois, dans un an ou quand sais-je encore. Alors, je suis un peu comme un électeur qui voit encore une promesse non tenue et qui se dit, jamais, plus jamais je ne voterai pour Benoît ni pour Vincent. Je ne les écouterai plus. Ils me font avaler des couleuvres et moi, je les gobe les yeux fermés sans être capable de bien dormir pour autant. Et pourtant, parfois, ce sont bien des histoires à dormir debout qu’on me raconte, pourquoi alors cela ne marche-t-il pas sur moi ? Je ne me sens vraiment pas en proprioception avec mon sommeil.

« Je vais compter jusqu’à dix et pendant ce temps-là, les yeux fermés, vous imaginerez que vous descendez un escalier dans le noir et vous ne… » zzz zzz zzzzzzzzzzzzzz