Tu sais, Jean-Marie, j’étais moins stressé pour ton mariage, il y a deux mois, que pour le mien. Je ne sais pas comment tu as fait pour que tout se passe aussi bien, d’une façon aussi fluide, sans turbulences, sans courir partout et… oui, je sais, sans invités, aussi. Mais quand même, nous étions six, à ton mariage, ce n’est pas comme si tu avais été tout seul. Ce qui a failli arriver puisque Claude t’a même demandé, le matin même, si sa présence était indispensable. Non, a quand même fallu prévoir l’apéritif pour six personnes et de réserver le dîner chez Ramé.

Bon d’accord, Ramé, ce n’était peut-être pas la meilleure idée de restaurant pour nous mais pour les filles, oui. Je revois encore Marie-Hélène s’extasiant sur tous les plats, faisant des « hmmm, c’est exquis » à chaque bouchée alors que nous, parfois, on se demandait si on allait pouvoir avaler ce qu’on avait dans la bouche. Oui, parce que trop de parfums, trop de goût, ça tue les papilles. En même temps, on ne va pas critiquer, on est arrivés, on s’est mis les pièces sous la table, deux serveur et euse se sont occupés de nous et voilà, quoi.

Pas de location de tables, de chaises, de vaisselle, de réfrigérateurs, de nappes… Pas besoin d’aller chez un traiteur pour discuter de ce que nous pouvions prévoir à dîner. Pas besoin de passer des heures à préparer une bande son pour la soirée, avec différents thèmes : de la musique mélodieuse pour l’apéritif et le dîner, de la musique à danser pour après le repas, les différents morceaux choisis pour les animations. Et qui dit "pas de location de meubles", dit "pas d’aménagement de salle". Pas de décoration de salle.

Alors, finalement, je ne sais pas si tu n’as pas eu raison, toi, de ne pas avoir tout ça à prévoir mais en même temps, il faut reconnaître que malgré la fatigue, les moments d’énervement et le stress, c’est sympa aussi de décorer la salle, de l’agencer comme on le sent au mieux, de recevoir la vaisselle en se disant qu’on n’aura pas à la laver… que malgré tout, on aura seulement à disposer les différents plats sur les tables pour que chacun vienne se servir. Nous serons entre nous. La soirée sera entrecoupée d’intermèdes artistiques.

Avec un peu de chance, nous serons fatigués, rompus, crevés mais heureux. Heureux d’avoir partagé une soirée en famille et entre amis, le cercle des intimes. En comité restreint, malheureusement mais comme on ne voulait pas que ça devienne une grosse entreprise, ce mariage… on a dû trancher dans le vif et faire des choix, certains douloureux mais c’est ainsi. Nous nous rattraperons à une autre occasion avec les autres qui vont nous manquer demain soir. Quoiqu’il en soit, ces dernières semaines ont été bien pleines mais je suis content de les avoir vécues.