Y en a des qui savent toujours pas que crépuscule, ça prend un 'S' au pluriel. Et comme il y e n a deux par jour, forcément, ça prend donc toujours un 'S' comme dans "toujours."

Parce que, crépuscule, n'en déplaise aux béotiens, ignares, abonnés de TF1, grenouilles de bénitier, parpaillots et autres refusant de voir la vérité en face (c'est moi qui dis ça, oui, oui !), et bien, le crépuscule, ça n'existe pas que le soir mais aussi le matin.

Et toc !

La preuve ? Si je prends mon dictionnaire, ce soir, et que je lis la définition de "crépuscule", que vois-je ? : "Lueur atmosphérique lorsque le soleil vient de se coucher, crépuscule du soir (espoir) ou va se lever, crépuscule du matin (chagrin.)

Si ça c'est pas une preuve que ce blog est utile et donc, moi aussi, un peu, par la même occasion, si j'avance qu'il y a deux crépuscules comment voulez-vous que je vous embrasse ?

Bien sûr, les auteurs, poètes et autres dramaturges ont surtout retenu le crépuscule du soir en l'employant comme synonyme de déclin. Mais non, moi, je dis non, refusons le déclin et avançons à tâtons, certes, mais avançons.

Il en est un peu de même avec le mot septomycète que peu de gens utilisent à bon escient. N'oubliez jamais que le septomycète est un  champignon supérieur, au mycélium formé de filaments cloisonnés, tel que les ascomycètes et les basidiomycètes cylindriques au lait de vache, à moisissures internes, fabriqués dans le Jura.

Ah non, zut, là, je viens de me mélanger les pinceaux avec le mot du dessus, septmoncel, qui est un fromage cylindrique au lait de vache et cætera, et cætera...