Ce matin, je me suis demandé si c’était possible ou non de modifier le verbe modifier et du coup, en y réfléchissant fort, peut-être même un peu trop fort (je suis crevé, maintenant et quand je pense que j’ai cours avec mon coach de gym, dans une heure trente, j’ai du mal à m’imaginer en train d’y aller, de ressortir sous cette pluie incongrue et de me forcer à faire travailler mes muscles alors que mon cerveau est au bord de demander grâce.) Bref, après cette longue parenthèse inattendue, la seule, la vraie, j’en reviens à ma question de ce matin : peut-on ou ne peut-on pas modifier le verbe modifier ?

Et j’ai repensé à plein d’autres questions que j’ai déjà entendues alors que j’aurais évidemment aimé les inventer : pourquoi ne fabrique-t-on pas les avions dans le même matériau que celui dont on fait les boîtes noires ? Surtout que c’est vachement d’actualité, en ce moment… Attendez, si ça se trouve, je m’avance un peu trop, là, car comme depuis dimanche dernier, nous sommes en plein remaniement ministériel, tout le reste est un peu occulté. On en est où, alors, de cet avion disparu et peut-être (partiellement) retrouvé ? Les enquêteurs seraient sur une piste ? On ne peut plus en dire autant de l’avion en question.

Une autre question qu’on est tous en droit de se poser et qui pourrait peut-être en dire long sur la nature masculine, dont je fais partie : quand l’homme a trait une vache car il a découvert qu’elle donnait du lait, à quoi pensait-il donc réellement avant tout ? Ne me dites pas que ce n’était pas un gros obsédé. Ou alors, je ne m’y connais pas. Et toujours dans le domaine animalier, on peut aussi se demander pourquoi Noé n’a pas écrasé le couple de moustiques qui est entré dans son arche. Ça aurait été un bienfait pour l’humanité. Mais non, l’autre, là, il a voulu jouer les sauveurs du règne animal. Il aurait pu réfléchir un peu et se projeter dans le futur.

Et pourquoi notre planète s’appelle donc la Terre alors qu’elle est composée majoritairement d’eau avec tous ces océans et ces mers qu’on voit danser le long des golfs clairs ? Et uniquement par jour de beau temps. Moi, je vous le dis, tout fout le camp, ma bonne dame et celui ou celle qui est en charge de tous les mots, je me demande s’il ne passe pas son temps à autre chose qu’à travailler pendant ses heures de boulot. Tiens, les dictionnaires, par exemple. Normalement, c’est fiable, non ? Et qui vous dira si un mot est mal orthographié dans un dictionnaire puisque c’est lui qui fait référence ? Alors donc, hein, franchement.

Et pourquoi, dans un dictionnaire, le mot avant est avant le mot après qui lui, devrait être après le mot avant ? Les choses n’ont pas été si bien faites que ça. Enfin, je dis ça, je dis rien, hein. Je n’accuse personne. C’est comme pour le mot abréviation, pourquoi est-il donc si long alors qu’il n’existe que pour définir une chose courte ou raccourcie. Les plus courtes sont les meilleures, normalement et bien, celui qui a inventé l’abréviation, il n’avait aucun humour. On est enlisé avant même la fin du mot. Et je vous passe sous silence d’autres anomalies. Pour aujourd’hui. Je vous rappelle que j’ai coach dans pas longtemps et il faut que je me prépare psychologiquement.