Avant-hier, j’étais parti pour parler d’une nouvelle application pour smartphone mais, emporté dans mon élan, je suis parti dans des considérations plus personnelles et je me suis donc éloigné du sujet que je voulais traiter. Manque d’inspiration, manque de temps, mauvaise préparation de la chose… Et hier, je n’ai pas eu le temps. Mais j’y ai repensé et aujourd’hui, encore et encore. Alors voilà, voici le sujet qui me turlupine depuis trois jours et on verra bien si j’en parle bien ou pas. Si je vais réussir à exprimer ce que je voulais dire ou si je vais le rater.

Ce que j’ai appris, avant-hier, à la lecture d’un entrefilet publié dans un quotidien gratuit, c’est que si vous avez un problème de vessie et si vous ne savez pas vous priver d’aller au cinéma et que, en même temps, vous êtes un accro à votre smartphone, la solution existe. Elle existe sous l’application RunPee (courir pipi, si je puis me permettre de traduire son nom ainsi) et voici comment ça fonctionne : en la lançant au début d’un long métrage, elle fera vibrer votre téléphone au premier flottement scénaristique. Vous saurez également combien de minutes pourra durer votre pause.

En gros, pas vraiment la pause publicité pendant un film comme à la télé mais presque. Et j’avoue que, si ça m’a d’abord fait sourire, en y réfléchissant plus fort, je me suis dit que c’était franchement n’importe quoi. D’abord, ceux qui ont des problèmes de vessie ont certainement su gérer ça depuis des années et des années en allant au cinéma. En prenant leurs précautions avant le film. Et éventuellement, en sortant quelques minutes si besoin urgent et tant pis pour le fil de l’histoire. Ou alors, on se retient. Ou alors, on ne va pas au cinéma.

Donc, si l’application sait que, à un moment, dans le film, il va y avoir une scène pas vraiment essentielle, il va vibrer et vous saurez que vous pourrez aller aux toilettes. Mais si vous n’avez pas envie ? J’imagine qu’il faudrait alors une autre application qui donnerait envie d’aller faire pipi. Sur commande. Uniquement sur commande. Et si vous n’avez vraiment pas envie mais que vous avez malgré tout lancé l’application, une sirène pourrait alors se mettre en marche pour qu’on sache que vous ne respectez pas les règles du jeu. Tant pis pour les autres, ma foi. Non ?

En parallèle, RunPee vous indique ce que vous avez raté ce qui est bien si vous avez vraiment peur d’avoir raté quelque chose. Surtout pour un policier ou un film dont l’histoire est haletante. Mais alors, on peut aussi se dire que pourquoi pas ne se servir de ça que chez soi parce que je croyais, moi, que les téléphones se devaient d’être éteints dans les salles obscures. Ce qui est loin d’être le cas. J’en sais quelque chose car c’est de plus en plus souvent que ça arrive, qu’on soit dérangé par des écrans qui s’illuminent quelques rangs devant pendant un film et qui vous déconcentrent.

On peut aussi imaginer la même application pour un spectacle de variétés, d’humour voire un opéra ou un ballet. J’imagine bien ça, tiens. En fait, non, je n’imagine pas ça du tout mais bon, comme on n’est pas au bout de nos surprises… Pour en revenir à RunPee, est-ce que c’est vraiment mieux que de partir et de parler à son voisin, en revenant des toilettes pour demander ce qui s’est passé pendant la pause pipi ? Non. Surtout si, en revenant, vous expliquez malgré tout que vous êtes allé faire votre petit besoin. Et que vous demandez la confirmation de ce qui s’est passé, de ce que vous a indiqué l’application.

Ma dernière réflexion portera sur le cas qui m’arrive parfois et donc, qui peut arriver à tout le monde. Et si on se fait chier pendant un film ? Existe-t-il un RunShit quelconque qui vous permet d’aller faire votre gros besoin pendant un film ? Non mais franchement, c’est du grand n’importe quoi. Moi, ce que j’en dis, c’est que ça infantilise complètement les utilisateurs de ce genre d’applications qui nous disent quoi faire et quand. Pourquoi pas quoi penser et quoi dire à qui ? Big Brother is watching you. Ça fait un peu froid dans le dos. Excusez-moi, je reviens. Ça vibre dans ma poche. Une petite envie, peut-être ?