J’aimais beaucoup Marie Laforêt avant qu’elle ne soit un peu déboisée, rabotée par des idées farfelues. C’était vraiment une belle femme, à la voix envoûtante. Aux chansons bien agréables. En plus d’être belle, elle avait un charme fou et on les aurait bien faites avec elle, ensemble, les vendanges de l’amour. Se faire des sarments d’amour et déflorer les vignes vierges. Mais elle a disparu comme une Amazone et ma foi, peut-être est-ce mieux ainsi afin que nous conservions une très belle image d’elle.

Jacques Dutronc, lui, c’est un peu différent. On le voit encore un peu. Il ne se cache pas plus que ça. Cette vieille branche ! Je ne sais pas s’il est devenu dur de la feuille mais en même temps, on ne peut pas hêtre et avoir été. Se noyer dans des eaux-de-vie et en avoir une saine. Encore une fois, c’est dommage car lui aussi, il avait un physique de séducteur, une voix plaisante et un répertoire des plus intéressants. Peut-être que rien n’est perdu mais… et pis, c’est à son fils de prendre la relève. Mais pourquoi s’appelle-t-il Thomas et non pas Olivier ?

Il y a eu aussi Marie Dubois… une actrice des années cinquante et soixante. Disparue à la fin des années soixante-dix. On a appris depuis qu’elle était atteinte d’une sclérose en contre-plaques et ça nous a tous sciés. C’était une autre belle  femme, un peu à la Deneuve. De penser à elle, ça m’attriste. De la savoir peut-être seule, pleureuse à prendre  des tasses de tilleul en se disant : « il ne faut pas que je tremble. » Elle n’a jamais vraiment été en haut de l’affiche mais on se souvient d’elle. De la douceur qui émanait de son visage. Hommage.

Dans un genre un peu plus… un peu moins… il y a Brigitte Lahaie. Elle nous fait l’honneur d’être toujours là, pompier, bon œil, malgré les tous remembrements qu’elle a pu subir ou auxquels elle a participé de bon cœur. Je ne l’ai jamais vue dans ses œuvres, dans ses rôles décomposés mais je l’imagine en string fuchsia ou lilas juste pour pêcher les hommes qui passent dans le champ : marin,  plombier ou grenadier. Elle  faisait bien son bouleau, je n’en doute pas. Les haies, ça se saute en compétition. Elle aussi. Elle m’a toujours semblé sympathique parce que naturelle et sincère. J’espère qu’elle ne simule pas. Ou plus.

Le dernier qui me vient à l’esprit, c’est un peu différent, il est plus actuel, c’est Jean Dujardin. Ce Jean Dujardin qui sent bon le métropolitain, quel bel homme ! Il a bien fait de vieillir un peu, lui, tiens ! Et en plus, c’est un bon acteur qui peut tout jouer, que ce soit de la comédie (il aurait pu jouer « sur un arbre perché ») ou de la tragédie (il pourrait avoir un rôle dans Cèdre, de Racine). Il semble cyprès de nous, houx qu’il soit, même en Amérique quand il séduit tout Hollywood. Thuya déjà été, toi, aux Oscars ? Non, alors respect. On peut plier devant lui.