Compte tenu que l’eau est le principal constituant du corps humain, en tout cas, du mien, vu que je ne bois quasiment pas d’alcool et vu que le café et les soupes que je peux consommer sont principalement aqueux. Compte tenu que je suis un mec normal pour ne pas dire banal (chose que je n’ai pas dite car ça ferait tort à mon égo), donc, en tant que mec normalement constitué, mon corps contient 65% d’eau, soient, pour un poids d’environ 68 kilogrammes, j’ai une contenance capacitive d’environ 44.2 litres d’eau.

Compte tenu qu’en ce moment, je bois 2 à 2,5 litres d’eau (et ses dérivés) par jour et que j’en élimine la plus grande partie parce que je ne peux pas indéfiniment stocker tous ces liquides que j’ingurgite et compte tenu qu’en ce moment, en hiver, je transpire moins qu’en temps estival, je vais beaucoup faire pipi. Et quand je dis beaucoup, c’est vraiment beaucoup, c’est rien de le dire. Ou alors, vous le prenez comme un doux euphémisme. Et en plus, n’oublions pas que je suis influencé par toutes ces pluies qui nous tombent dessus.

Compte tenu de tous ces éléments, il semble évident que j’élimine à peu près autant d’eau que j’en consomme, soit entre 2 et 2,5 litres, et donc, principalement, en pipi (mes urines sont claires, je vous le concède et c’est tant mieux, sinon, y aurait de quoi s’inquiéter) parce que je ne peux pas compter les quantités infinitésimales de liquide que je perds lorsque je pleure, lorsque j’éternue, lorsque c’est trop épicé ou que sais-je encore, on peut donc dire que je consomme moins d’un litre au cent. Aux cents quoi ? Au cent, en général.

Ne me demandez pas comment je suis arrivé à ce résultat, j’y suis parvenu, c’est l’essentiel. Je consomme moins d’un litre au cent, je suis donc beaucoup plus économique que la plus économique de toutes les voitures sur le marché des voitures qui disent respecter l’environnement. Et de ce résultat, je peux donc également déduire l’information suivante : j’ai le droit de boire un verre de vin de temps en temps, c’est comme si je consommais 1,05 ou 1,10 litre au cent, ce qui ne changera pas la face du monde.

J’estime alors que je mérite une récompense, celle de celui qui respecte l’environnement, qui sait économiser l’eau et qui connaît parfaitement ce que signifie la notion de recyclage. Une espèce de palme serait la bienvenue. Parce qu’en plus, tout le monde le sait, les palmes, ça vient des palmiers et les palmiers sont peu consommateurs d’eau. Comme moi. Nous sommes donc un peu frères aqueux. Alors que pour le piano, non, lui, il n’est pas le piano aqueux.