Langue de bœuf sauce piquante : vous choisissez un bœuf dont vous êtes éprise et vous le séduisez jusqu’à ce qu’il s’apprête à vous embrasser sur la bouche, à ce moment-là, mais vraiment à ce moment précis, vous prenez quelques gouttes de Tabasco dans la bouche et vous vous laissez embrasser.

Cervelle de veau en beignets : sans vous faire remarquer de la Ligue de la Protection des Génisses et des Veaux, vous enlevez un petit veau et vous lui tapez sur le crâne à toute force et ainsi, quand vous lui aurez bien beigné la tête, vous n’aurez plus qu’à déguster à la petite cuiller.

Queue de bœuf en hochepot : vous assistez à une corrida et vous attendez que le torero gagne et vous vous arrangez pour récupérer la queue et les oreilles. Vous jetez les oreilles et vous conservez la queue. Vous l’enduisez de gélatine et vous la recouvrez d’un film plastique alimentaire avant de vous la mettre où je pense. Ça marche aussi avec un gode mais c’est moins réaliste.

Rognons de veau : à l’instar des gros rognons de bœuf (qui font jusqu’à 500 grammes), ceux de veau ne dépassent que rarement les 200 grammes ce qui est nettement plus facile pour enfiler un cockring.

Tripes : généralement de bœuf, elles sont peu plaisantes pour beaucoup de gens alors que si on regarde bien, elles sont composées de plein de choses rigolotes qui composent son estomac : bonnet, feuillet, franche-mule et panse. Et comme pour la femme, la femelle de l’homme, vache qui rit, vache dans son lit.

Tête de veau : plat de parigot.