Je suis vachement énervé, bien souvent, quand je rentre chez moi en tramway. En effet, je le prends à Lormont, station Lauriers et là, sans vouloir faire de mauvais esprit sarkozien, je reconnais que c'est toujours pas mal bondé de jeunes de la cité et ça, encore, ça passe mais ce qui me met hors de moi, c'est leur égoïsme. Je m'explique : ils sont plusieurs à écouter leur musique sur leur téléphone portable, assez fort mais avec une sonorité déplaisante car ce n'est évidemment pas de la haute-fidélité.

Et moi, non seulement je suis un peu naze, la plupart du temps, donc je pourrais prétendre à un peu de calme car je me lève très tôt mais en plus, je ne peux pas lire car j'ai vraiment du mal à m'isoler pour me concentrer dans ce brouhaha cacophonique. Et je ne peux rien dire car je suis tout seul et ils sont plus nombreux que moi. Même s'il y en a qu'un, il est forcément plus nombreux que moi car moi, je suis baraqué comme un flan.

Enfin bref.

Et donc, ce matin, dans le tram de l'aurore (le seul qui est supportable : tram du matin, espoir et tram du soir, chagrin !), je pensais à mon bonheur d'y être confortablement et silencieusement installé. Et je m'imaginais, baraqué comme Monsieur Propre et m'adressant à un de ces futurs sourdingues en le toisant de toute ma hauteur et en l'impressionnant de tous mes muscles saillants à travers mon tee-shirt taille M et sans rien lui dire, il comprendrait tout de suite le pourquoi de mon regard méchant et accusateur.

Il éteindrait son portable et il s'excuserait. Et moi, je retournerais à ma place, sans mot dire. Et alors, tel l'incroyable et effroyable Hulk, je redeviendrai le petit gabarit que je suis dans la vraie vie. Mais l'autre, là-bas, il s'en rendrait même pas compte, tout penaud qu'il serait et tout peureux à posteriori.

Et moi, pas bien malin dans ce genre de rencontres, au moment de sortir, ayant oublié que je l'avais dominé, n'ayant pas repris ma forme imposante, il me gêne pour passer et c'est moi qui m'excuse en rougissant et en bafouillant. Limite de lui dire que sa musique, elle était vachement bien et que c'est dommage qu'il l'ait arrêtée aussi rapidement car ça mettait un peu d'ambiance dans la rame. N'empêche que j'ai eu chaud aux fesses. Et n'empêche surtout que mon truc pour me transformer en héros, il n’est pas vraiment au point !