Parce que c’est vrai que je suis un ronchon mais je suis un ronchon qui ronchonne pour la bonne cause. Et la bonne cause, c’est celle que je défends tout le temps parce que je sais que j’ai raison. Parce que j’ai été bien élevé, dans le respect des traditions et dans celui des civilités. Du coup, je ne supporte par le contraire. Tous ceux qui font preuve d’incivilités et qui vivent comme s’ils étaient les maîtres du monde, en ignorant superbement les autres, ça m’agace et je regrette de ne pas ressembler à Gérard Depardieu physiquement et à Terminator, mentalement parce que là, je sais ce que je ferai pour apprendre le savoir-vivre à tous ces gueux.

Parce que je déteste les gens bourrés du petit matin qui prennent le tram et qui ont déjà été des grands nuisibles dans les rues, à gueuler à tue-tête, à renverser les poubelles comme s’ils étaient les premiers à penser à faire ça, à jeter leurs détritus sur les voies au cas où ça chatouillerait les roues du premier tram et à envahir la première rame en continuant à gueuler, à rire bêtement, à siroter leurs fonds de bouteilles et à s’agresser les uns, les autres, parfois parce qu’ils sont tellement cons qu’ils sont même capables de se bagarrer entre eux comme s’ils étaient des ennemis. En fait, leur plus grand ennemi, c’est eux-mêmes. Et l’alcool. Si j’étais dictateur de Bordeaux, j’interdirais l’alcool en ville et ce serait la prohibition.

Parce que je n’aime pas non plus qu’on se vautre dans le tramway. Je ne supporte pas qu’un(e) jeune écervelé(e) bouscule tout le monde et passe devant tout le monde sans valider son titre de transport pour être sûr de pouvoir s’asseoir parfois même à une place réservée à certaines catégories de personnes jugées comme prioritaires. Parce que je n’aime pas ceux qui mettent leurs pieds ou plutôt, leurs chaussures, même les jours de pluie, sur les banquettes en face d’eux. Et là encore, j’aimerais pouvoir leur faire peur. Éventuellement, j’aimerais oser être sans gêne et faire comme eux, pourquoi pas leur faire pipi dessus en leur disant, quand ils réagiront, que « je m’excuse mais je vous avais pas vu », quel pied ce serait !