Au premier kilomètre, j’ai choisi de regarder plutôt BFM TV, sur l’écran 1. Car sur l’écran 2, c’était un téléfilm diffusé sur M6 et comme je n’en avais pas vu le début, bof, quoi. Sur l’écran 3, c’était cette succession insupportable de toujours les mêmes clips musicaux sur je ne sais plus quelle chaîne pour djeun's. Sur l’écran 4, c’était encore BFM TV et sur le 5, c’était la rediffusion d’une série sur TF1. Depuis mon tapis, je ne pouvais pas voir l’écran 6, le dernier. Alors, j’ai coincé les écouteurs dans mes oreilles et j’ai commencé à marcher. Pendant une minute, à la vitesse 5.2, puis, à a vitesse 6.1 avant d’aller bon train, à 7km/h pendant dix minutes.

Et sur BFM TV, c’était quasiment toujours les mêmes images. Comme c’est la St Jacques, aujourd’hui, c’était jour spécial à Santiago de Compostela. Et je peux vous dire que pour faire concurrence dans les medias avec les JMJ à Rio de Janeiro, au Brésil, les cathos espagnols, ils n’ont pas lésiné sur les moyens et ils ont fait une manifestation grandeur nature en simulant un accident de train sur une maquette qu’elle est tellement bien faire qu’on dirait une vraie. Avec force ambulances, blessés, blessés graves, morts et morts graves aussi.

Je vous jure que l’image du train qui se vautre dans le virage contre le mur qui protège les voies (pourquoi ne pas protéger les voyageurs, plutôt ?), je vous jure que je l’ai vue au moins dix fois de suite en boucle avec des commentaires off des deux journalistes présentateurs qui n’avaient que ça à faire, sans doute et rien d’autre à dire. Ils devaient s’ennuyer et le mec, il a dû proposer à la nana de faire une bataille navale mais la fille a dû refuser en disant que la dernière fois, elle avait perdu avec son bateau Costa et donc, elle préférait faire le petit train avec lui.

Franchement, est-ce que ça a un sens de nous montrer cette image en boucle ? Ce train qui se couche par terre en se fracassant ? Et les autres images, celles qui ont suivi quand ils ont pensé à nous faire voir autre chose : les dégâts, les tas de ferraille faits par les wagons détruits par le choc et les déblayeurs qui tentaient de tout retirer avec des grues spéciales. Non, ça n’a aucun sens. Je pense que ceux qui se prétendent journalistes, ils doivent croire que les téléspectateurs ne sont pas capables de comprendre les choses juste avec des mots. Alors, on leur bourre le crâne avec des images qui vont les marquer. Ça fait vendre des écrans publicitaires.

Moi, j’ai continué mon petit train-train de marche rapide, avec deux pointes à 7.7 mais j’ai eu de la chance, je n’ai eu aucun virage à aborder, moi. Et je ne partais pas non plus en pèlerinage. Et j’imagine le voyageur qui téléphone à un proche, juste avant l’accident : « Oui, je suis en train d’arriver. Non… mais non, tu dérailles, on a largement le temps de… » Ooups, non, en fait, c’est le train qui déraille. Parce qu’il roulait trop vite. Et moi, du coup, les cinq dernières minutes, je les ai faites en décélérant de façon progressive et tout s’est bien passé pour moi. On ne peut pas en dire autant de tout le monde.