Première étape, ce matin, après m’être levé, ce fut de partir faire mes courses à l’ouverture de l’hypermarché Auchan. Comme tous les lundis à condition que tous les lundis soient des lundis normaux. Pas des lundis de Toulouse ni des lundis de Biscarrosse ni des lundis sur Agen. Ni quelconque autre lundi comme un lundi de St Maixent ou un lundi des Sables. Et là, comme j’ai fait la liste des repas de chaque jour de lundi midi à vendredi midi, j’ai également la liste de ce que je dois acheter en conséquence et donc, je vais plus vite et je me disperse moins. Ce matin, par exemple : du poulet, des pommes de terre, du riz, des crèmes dessert vanille et d’autres au caramel. Des œufs, du vin et du gingembre. Et du beurre demi-sel pour la cuisine, parfois. Et ensuite, j’ai pris le tram avec mon chariot plein, j’ai pris du pain et je suis rentré chez moi pour ranger mes commissions dans le réfrigérateur et dans les placards adéquats. Et je n’ai pas soufflé. Car souffler n’est pas jouer. 

Deuxième étape : prendre mon sac de sport après avoir terminé le reste de la cafetière et partir pour Health City afin d’y faire du cardio pour m’entretenir et avoir au moins l’impression que ça sert à quelque chose car mon objectif, c’est de transpirer. J’y ai fait 45 minutes de marche soutenue entre 7 et 7.7km/h en faisant battre mon cœur qui n’a pas battu que parce que je le sollicitais mais aussi parce qu’il a été content de partager ce moment avec quelqu’un. Et après, pas même le temps de discuter, je suis descendu prendre une douche, me remettre de tout ça en laissant l’eau bien couler sur moi, surtout dans mon dos et je me suis rhabillé et je suis rentré chez moi pour étendre mes affaires de sport et me préparer pour la suite. Car on m’attendait. Je n’ai pas soufflé. Car souffler n’est toujours pas jouer.

Troisième étape : rejoindre la place des Grands Hommes, comme dans la chanson, sauf que là, nous ne nous étions pas donné rendez-vous depuis dix ans, seulement depuis vendredi, par mail et ce matin, par téléphone. « À quelle heure ? À midi et demi, comme d’habitude ? » « Non, pas comme d’habitude mais plutôt à moins le quart sinon, je ne serai pas prête. » « Tu sais déjà que tu ne seras pas prête ? » « Oui ! » Sophie est décidément pas comme moi, d’abord, c’est une femme mais en plus, elle sait à l’avance qu’elle ne sera pas prête à l’heure. À mon heure. Mais elle le sera à la sienne. En même temps, sous-entendait-elle midi moins le quart ou une heure moins le quart ? Certainement une heure moins le quart. De toute façon, je n’ai pas eu le temps de souffler. Et puis, vous le savez déjà, souffler n’est pas jouer. 

Quatrième étape : après le déjeuner chez Influence Wok, avec Sophie, où nous avons papoté, papoté, papoté, je suis rentré vite fait chez moi et je suis allé chercher ma voiture au parking Saint Christoly afin de l’emmener à Talence, près de la barrière de Pessac pour lui faire passer son contrôle technique. J’y suis arrivé un quart d’heure en avance et comme le monsieur n’avait personne d’autre en cours, il s’est tout de suite occupé de ma Modus et moi, je suis allé chez mon opticien pour lui faire contrôler mes lunettes techniquement. Ce fut vite fait ou presque et ça m’a permis de ne point trop attendre que mon véhicule soit prête. Elle a été reçue à son examen et je vais donc pouvoir la vendre en toute sérénité, comme prévu, vu que j’en ai acheté une autre, une autre Modus, et puis voilà. Je suis rentré chez moi après avoir laissé la fifille à son parking et je n’ai pas eu le temps de souffler car souffler,  ça n’est toujours pas jouer. 

Cinquième étape : j’ai vaqué à quelques occupations ménagères ou paperassières et puis je me suis mis en cuisine. J’ai préparé mon poulet rôti au gingembre avec des pommes de terre et là, alors que je viens de tout terminer pour prendre le temps de venir écrire un billet dans mon blog, je réalise que j’ai oublié de mettre le gingembre dans mon plat mais comme il est déjà presque cuit, ce sera donc du poulet au gingembre sans gingembre. J’ai préparé la salade pour demain midi : des lentilles avec de la tomate, de l’oignon et du haddock émincé. Et du vinaigre balsamique. Et j’ai fait une première grande vaisselle au moment de tout ranger dans la cuisine. Et là, je vais aller mettre le couvert et ensuite, nous dînerons et alors, peut-être que je pourrai me poser dans le canapé devant la télévision. Et m’endormir devant comme souvent. Je soufflerai alors enfin mais je n’aurais toujours pas joué.