L’avantage d’habiter le centre d’une grande ville comme Bordeaux, c’est qu’il y a plein de choses à faire à pieds (ou en tram) et donc, tout est proche, que cela soit au niveau des administrations ou des activités et sorties culturelles. Nous avons même un opéra (le Grand Théâtre), plusieurs cafés théâtres et autres salles de spectacles ainsi que plusieurs cinémas dont deux complexes multisalles. Et un supermarché plutôt genre hyper et plein d’autres magasins et tout et tout et tout. Et je ne parle pas des restaurants, des cafés, des terrasses etc… Donc, j’en profite et pas qu’un peu. 

Et rien que pour le cinéma. Du coup, je me suis abonné en tant qu’illimité dans cette chaîne dont je ne peux pas dire le nom sous peine de faire de la publicité gratuite donc, susceptible d’être gratifiée sous le manteau mais ce que je peux faire, c’est vous donner un indice. Si je vous dis que cette chaîne de complexes multisalles comporte trois lettres et que dans le désordre, enfin non, dans l’ordre alphabétique mais dans le désordre pour le logo, ces lettres sont C, G et U. À vous de voir si vous trouvez la marque dont je parle. 

Et donc, je suis abonné illimité depuis trois ans, je crois. À l’époque, je payais 19.86 euros par mois et maintenant, je paye 20.08. Et j’y vais autant de fois que je veux à condition de ne pas vouloir réserver un billet plus d’une heure à l’avance et ça me va, globalement. Ça m’a rendu encore plus consommateur de films en salle que je ne l’étais auparavant et dans les bonnes semaines, j’y vais trois fois. J’aurais dû dire « dans les bons week-ends » car j’y vais principalement les samedis, dimanches et lundis. En semaine, j’ai plus de mal à conjuguer ça avec mon emploi du temps quotidien. 

Et alors, j’ai encore succombé à cette manie de commencer tous mes paragraphes par « et quelque chose », c’est un tic de langage écrit. Il faut faire avec. Et alors, je vois des films qui me font envie, généralement mais je reconnais que je suis devenu plus consommateur de films que spectateur. En gros, avec ce système d’abonnement, j’ai l’impression d’y aller gratuitement et de ce fait, je n’hésite plus à quitter un film en pleine projection s’il ne me plaît pas. Et ce, de plus en plus souvent. Autrefois, même quand ça m’ennuyait, je restais car j’avais « physiquement » ou matériellement payé. 

Et parfois, je parle des films qui m’ont plu, de ceux qui ne m’ont pas plu et je me rends compte que je ferais mieux de ne parler que de ceux que je n’ai pas vus, que je n’irai pas voir et ainsi, je ne pourrai être qu’objectif et ne plus être tenté de ne plus être d’accord avec certains critiques. C’est une sacrément bonne idée et je pense que je vais réfléchir au concept et le vendre aux medias qui pourraient être intéressés. Et je pourrai enfin clamer haut et fort : c’est le meilleur film que je n’ai jamais vu.