Il a ouvert une petite boutique, malheureusement un peu trop à l’écart pour que les gens passent devant par hasard et en plus, il s’est spécialisé dans un créneau pas vraiment porteur : les chevaliers. Tout ça, parce qu’il a connu un grand chagrin d’amour avec une irlandaise, fille d’un riche homme d’affaires très puissant et entre le père de son ex copine et lui, on ne peut pas dire que c’étaient les grandes amours. Une vieille histoire de rancune contre le petit frenchy. 

Bref, le jeune Rivalen a un peu trop abusé des plaisirs de la vie et sa façon de mener sa barque, cahin-caha, ne plaisait pas du tout au père de sa petite copine, encore mineure à l’époque des faits. Le père, trop possessif et trop autoritaire a cru bien faire de vouloir empêcher les deux jeunes amoureux de se voir mais il n’a fait qu’exacerber leurs désirs et leur donner envie de transgresser tous les interdits. Du coup, ils se sont enfuis en bateau pour quitter l’Eire natale. 

Pendant la traversée de la manche, ils ont eu un peu, très froid, il faut dire que cette année-là, le printemps tardait à venir prendre la relève de l’hiver et il aurait sans doute faire quelque chose pour accélérer sa venue mais ceci est une autre histoire, on en reparlera certainement une autre fois quand ce sera le moment et surtout, quand ce sera le sujet, sinon, on va dans tous les sens et ça n’en a plus, de sens. 

Bref, pour se réchauffer, ils se sont fait un petit café, pas un café en dosette, à la mode et puis quoi encore (« what else ? » - en irlandais dans le texte) mais un bon café filtre des familles. Sauf que le filtre s’est dissous dans le café et qu’ils l’ont bu avec le chaud breuvage, sans le faire exprès et que ça leur a donné un drôle de goût dans la bouche mais surtout, ça les a fait avoir des haut-le-cœur et beaucoup rire. 

Vous devez vous demander où je veux en venir. Je me le demande moi-même, ce soir. Mais rassurez-vous, je crois que je vais quand même trouver une bonne chute à ce billet. Je vais juste reprendre au début de cette histoire, quand le jeune Rivalen s’est retrouvé à ouvrir une boutique un peu à l’écart des rues piétonnières du centre-ville et que ça ne marchait pas du tout et qu’il a fallu qu’il brade pour tenter de s’en sortir. Et là, on a pu entendre dans les rues : Tristan ? Il solde. (Désolé, pas mieux.)