Ah ça non, ceux qui connaissent ma mère ne sont pas les plus nombreux de ceux qui viennent lire mes billets dans ce blog, loin de là. Non, parce que mon public est majoritairement composé de gens que je ne connais pas et réciproquement et donc, ils ne peuvent pas connaître ma mère. Ou alors, il y a des mystères insondables. Et donc, je pense qu’il est temps de présenter ma mère à tous les lectrices et lecteurs de ce blog. Parce que je fais partie des heureux veinards qui ont toujours une maman même à cinquante ans passés. Alors, non seulement, j’en profite mais je vais aussi lui rendre hommage. 

Ma mère, elle déchire. Elle décoiffe (et pourtant, sa profession de base, c’est coiffeuse, amusant, non ?), ma mère elle te double les dauphins en deux temps, trois mouvements de crawl mais à condition que les dauphins, ils acceptent de faire la course en piscine et non pas en pleine mer. Ma mère, elle a un robot Thermomix et vous allez comprendre un peu plus loin pourquoi je dis ça. Ma mère, elle m’a fait et si ça, c’est pas remarquable, que peut l’être ? 

Ma mère, elle est née un 26 avril mais je ne dirai pas en quelle année pour ne pas être inélégant en dévoilant le fait qu’elle fait 77 ans aujourd’hui. Je la connais depuis toujours, pas depuis toujours à elle, depuis toujours à moi. C’est finalement, la personne que je connais le mieux au monde. Et si ça, c’est pas balaise… Ma mère n’est pas une vieille dame indigne, non, elle est une vieille dame ou une dame indigne mais rarement les trois à la fois. 

Ma mère elle aime nager, je suis sûr que dans une autre vie, elle a été une sirène. Ou une sardine. En tout cas, elle est peut-être du signe du taureau mais je suis sûr qu’elle a un ascendant poisson. Et c’est pour ça que je travaille dans ce milieu-là. Là encore, c’est un signe. Ma mère, il faut la retenir quand elle va au restaurant car s’il y a du homard à la nage, sur la carte, elle sort son maillot de bain et telle Superwoman, elle est prête à plonger dans le fait-tout. Elle n’a peur de rien, ma mère. 

Ma mère, les gâteaux d’anniversaire avec les bougies, il ne faut pas lui en promettre. Elle aime ça et comme elle s’entraîne beaucoup pour pouvoir faire des compétitions de natation, je peux vous dire que les bougies, quand elles voient arriver ma mère, elles n’ont qu’une envie, se carapater. Et depuis un certain 26 avril 1986, nous avons arrêté de lui offrir des gros gâteaux avec plein de bougies car ce jour-là, elles les avaient soufflées si fort, les bougies qu’on a vu ce que ça a donné. Des ravages jusqu’à Tchernobyl. Il y a prescription, c’est pour ça que je peux en parler ce soir. Bon anniversaire, maman.