Hier, encore à peu près en forme, juste un peu poussé au cul pour aller faire une séance de cardio à la salle de gym, je me suis installé sur le tapis, j’ai programmé un exercice de 30 minutes et j’étais en train de faire des mouvements de bras comme à chaque fois que je commence une marche soutenue, j’avais déjà programmé la vitesse de démarrage à 5.5km/h et dès que j’ai pu, au bout d’une minute, environ, j’ai mis les mains où il fallait pour mesurer la fréquence cardio et là, pendant que j’attendais que le calcul se fasse, j’ai regardé les écrans de télé devant moi. 

À droite, une émission avec Pierre Bellemare sur des crimes plus ou moins extraordinaires, je n’ai pas cherché à suivre car je n’avais pas envie de m’enfermer avec mes écouteurs, à droite, une chaîne de clips avec toujours les mêmes en boucle, d’une séance à l’autre et même parfois, les mêmes clips pendant un même entraînement, un truc à s’abrutir mais bon, passons, on s’en fout, j’ai moi-même été un grand amateur des clips du matin sur M6 à la fin des années 90, alors… 

En face de moi, BFM TV, que j’aime bien suivre, avec ou sans écouteurs car on peut ne pas écouter et se contenter de suivre ce qui défile en bas de l’écran. Et quand l’actualité mérite, à mon sens, que je m’y intéresse de plus près, j’écoute vraiment et ça permet de ne pas voir passer le temps quand on fait l’exercice tout seul. Et hier, comme je n’avais prévu qu’une demi-heure, j’ai choisi de me contenter de lire les sous-titres et les alertes infos. 

Quelle ne fut pas ma surprise, à un moment, alors qu’on venait de parler d’attentats en Irak, de l’évasion du nouvel ennemi public numéro 1, du mariage pour tous et de la radicalisation de la position des opposants à la loi et encore bien d’autres sérieuses telles que les indices boursiers et le point sur la transparence des ministres suite à l’affaire Cahuzac (quelle connerie que tout ce pataquès !...), quelle ne fut pas ma surprise de lire, textuellement : « Le nouveau clip de Psy vu 53 millions de fois en 48 heures. » 

Et ce, à plusieurs reprises, comme s’il s’agissait un véritable événement. Nous sommes décidément tombés bien bas. Si une chaîne d’information (pour ne parler que d’elle) se croit autorisée à faire défiler une alerte à ce sujet, nous sommes vraiment en pleine décadence. Quelle importance que ce clip, qu’il existe, qu’on le fasse monter comme une Chantilly alors que c’est objectivement sans doute plus proche du néant que d’autre chose ! J’ai la chance de ne jamais avoir moi-même choisi de voir le premier. Je choisis de ne pas voir de moi-même le second mais malgré moi, je sais que je serai amené à le voir. J’en demande pardon à Émile Zola, Martin Luther King, Van Gogh, Barbara, Claude Chabrol, Molière et Blanca Li. Je ne l’ai pas fait exprès, je vous le jure.