Elle existe vraiment Christine Boutin ou n’est-elle qu’une marionnette échappée de la ménagerie des Guignols de Canal + ? C’est vraiment à se demander tant elle semble accumuler les gaffes, les erreurs et les déclarations qui feraient passer celles de l’ex Doc Gynéco pour de la philosophie appliquée. En même temps, si on veut être honnête, on ne peut pas tomber dans les mêmes pièges à con qu’elle ou que les journalistes mais y a des jours, je me demande si quand même, ça ne me ferait pas du bien de participer au jeu de rôles et je prendrais bien celui de l’accusateur, tiens. 

Parce que ça fait déjà un moment que je la connais, la mère Christine, je la connais depuis les débats du PaCS à l’Assemblée, en 99. Qui ne se souvient de son attitude affligeante et de son discours de plus de 5 heures ? Sans oublier qu’elle aurait sorti sa Bible en pleins débats. À moins que cette dernière ne soit sortie d’elle-même ou par inadvertance de son sac à main. Comme une manifestation d’un droit divin, une espèce de miracle.  

Et là, le 24 mars dernier, elle aurait été gazée par les CRS ou la police en fin de manifestation familiale. Oui, parce que cette grande manifestation n’était rien moins qu’un pique-nique géant avec tous les cousins et toutes les cousines et surtout, les enfants, les petits-enfants et les grands-parents et les chiens et puis voilà, si on ne peut plus parler politique lors des grandes réunions familiales, où va-t-on ma bonne dame ? 

Je ne voudrais pas jeter de la vaseline sur le feu, mais bon, il y aurait aussi une déclaration dans un blog catho-radical (j’insiste sur le conditionnel) et, en dehors de toute polémique, je ne peux résister à reprendre les extraits qui circulent car franchement, moi, ça me fait sourire, non pas dans le fond, évidemment, le cynisme a ses limites mais dans la forme car franchement, s’il doit y avoir des limites, ce serait dans la décence de certains hommes et femmes politiques. 

Je ne peux pas résister à vous citer les deux extraits de la déclaration de Tata Christine dans blog en question, encore une fois, c’est entre guillemets et à prendre avec toute la réserve possible au cas où ça ne serait pas vraiment d’elle : « J’ai moi-même été victime de cette violence inadmissible et monstrueuse des forces de l’ordre, envoyées comme des escadrons de la mort par le gouvernement français contre les familles françaises, contre le peuple français. Forces de l’ordre qui n’ont pas hésité sur ordre du ministre de l’Intérieur, monsieur Manuel Valls, à gazer des enfants jusque dans leurs poussettes ! » 

Quelques lignes plus loin, on peut lire que la France est « entre les mains de véritables dictateurs qui n’hésitent plus à gazer les enfants comme dans les pires régimes de l’Histoire. » Ma foi, (comme dirait Tata Christine quand elle est dans ses meilleurs jours), dans la bouche de Gaspard Proust, ça me ferait nettement plus rire mais dans celle de Boutin, je me demande. Ou alors, il faudrait que quelqu’un pense à lui écrire un one-woman-show. Il est probable qu’elle ferait un carton. 

Une autre qui gagnerait à se trouver des bons auteurs, voire un seul bon auteur, pour en prendre, de la hauteur, c’est Tata Frigide. Autant elle était drôle quand elle faisait partie de Jalons que là, franchement, elle aussi, elle s’est échappée de la ménagerie de Canal + ? Elle sent un peu la naphtaline. Et ce qui m’amuserait beaucoup, ce qui m’amuserait le plus, c’est d’imaginer qu’elles aient eu le coup de foudre, toutes les deux, l’une pour l’autre et qu’elles finissent ensemble. Alors, les filles, ça gaze ?