Hier, je vous parlais de ces choses insolites et de ce scooter qui a fini par se faire enlever, presque devant chez moi. Et ce côté presque incongru du camion de la fourrière pour un simple deux-roues. Et cette histoire m’a travaillé car franchement, je l’ai vu en revenant de chez Auchan, vers 9h15 et il était toujours là à près de midi. On aurait pu penser que son propriétaire n’avait qu’une simple course rapide à faire dans les parages mais vu le temps que cette machine a passé sans bouger sur le trottoir, je me suis mis à penser à qui elle pouvait bien appartenir.  

Et plus qu’y penser, je me suis permis d’imaginer des scénarii possibles et j’ai tiré quelques conclusions pas trop hâtives que je vais m’empresser de vous énoncer dans les lignes qui suivent : déjà, et je ne sais pas pourquoi, je pense que ce scooter devait appartenir à un mec. Je n’ose croire qu’une nana serait capable de boucher un trottoir avec un tel engin. C’est un peu réducteur voire macho de penser ça mais je vous le dis justement comme je le pense. Et partant de ce postulat, voici donc ce à quoi je suis arrivé : 

J’ai pensé que ce scooter, pour peu qu’en le fouillant et en le démontant, on y trouve plusieurs kilos de cocaïne, il est alors évident qu’on devrait demander à Alain Afflelou. J’ai pensé que s’il appartenait à un étalon, il devait appartenir à un fils Spanghero. J’ai pensé que s’il sentait le gaz, il devait être la propriété d’un neveu de Frigide Barjot. J’ai pensé que si le détenteur de sa carte grise avait un compte secret en Suisse, euh… on devrait demander ce qu’en pensent les gens de Mediapart. Ou encore, c’est peut-être le petit Nicolas qui l’a oublié depuis la semaine dernière quand il est venu pour une audition pour la comédie musicale Liliane et l’Odyssée Bettencourt…  

En fait, j’aimerais vraiment bien savoir si on a trouvé son propriétaire à ce scooter. J’imagine que oui et je vois la scène, quand le mec, il revient et qu’il ne le voit pas, son engin et qu’il se dit « merde, on m’a piqué ma mob ! » et il regarde partout et il se demande s’il ne rêve pas, alors, il se pince et il tente de se remémorer exactement ce qu’il a fait quelques heures auparavant et se dire que « oui, je suis sûr de moi, donc, on me l’a piqué » et d’aller au commissariat le plus proche pour faire une déclaration de vol et se prendre une claque dans la gueule quand il s’entend dire que sa bécane, elle est en fourrière.  

Et là, le mec, il pourrait avoir de la fumée qui sort des narines et des oreilles et gueuler comme un putois « mais, Bordeaux… bordel, je veux dire… attendez, je recommence : mais bordel, on n’est pas à Marseille, ici, pourquoi on me l’a enlevé mon scoot ? » Et le flic de service de lui répondre : « On n’est pas à Marseille, ça, nous le savons mais vous savez ce qu’on y a trouvé dans votre scooter, monsieur… heu, monsieur ?» « Sarko-Huzac, mais comment je vais faire, maintenant, moi, vous vous rendez compte que c’est mon outil de travail ? » « Allez, casse-toi, pauvre con ! »